Le point Vétérinaire n° 391 du 01/12/2018

ENDOCRINOLOGIE

Dossier

Charles Collard*, Bastien Scherpereel**, Juan Hernandez***


*Service de médecine interne
École nationale vétérinaire, agroalimentaire
et de l’alimentation de Nantes Atlantique-Oniris
Atlanpôle, La Chantrerie
BP 40706, 44307 Nantes Cedex
juan.hernandez@oniris-nantes.fr

De nombreuses affections peuvent entraîner une polyuro-polydipsie, d’où l’importance de rappeler la physiologie rénale.

Résumé

→ La polyuro-polydipsie (PUPD) est un syndrome extrêmement courant en médecine vétérinaire. La compréhension des mécanismes physiologiques à l’origine de ce syndrome est essentielle pour étayer son diagnostic différentiel et proposer une démarche diagnostique. Cinq grands mécanismes physiologiques peuvent entraîner une PUPD : la diurèse osmotique, la perturbation du gradient de concentration cortico-médullaire, le diabète insipide central, le diabète insipide néphrogénique et la polydipsie primaire. Dans la grande majorité des cas, c’est la polyurie qui entraîne la polydipsie compensatrice. La polydipsie primaire psychogène est plutôt rare et ne doit être suspectée qu’en dernier lieu.

Summary

Renal physiology and causal mechanisms for polyuria-polydipsia

→ Polyuria-polydipsia (PUPD) is an extremely common syndrome in veterinary medicine. It is essential to understand the physiological mechanisms at the origin of this syndrome in order to establish the differential diagnosis and to propose a diagnostic approach. Five major physiological mechanisms can lead to PUPD: osmotic diuresis, disruption of the corticomedullary concentration gradient, central diabetes insipidus, nephrogenic diabetes insipidus and primary polydipsia. In the vast majority of cases, polyuria leads to compensatory polydipsia. Psychogenic primary polydipsia is rare and should be suspected after exclusion of all other causes.

Key words

Polyuria-polydipsia, central diabetes insipidus, nephrogenic diabetes insipidus, osmotic diuresis, primary polydipsia
La polyurie correspond à une augmentation du volume des urines émises. La polydipsie, quant à elle, correspond à une augmentation de la prise d’eau (photo). Elles sont souvent concomitantes et liées entre elles. La polyurie peut découler de la polydipsie et vice versa. Déterminer l’élément primaire fait partie de la démarche diagnostique lors de polyuro-polydipsie.Il convient de rappeler le trajet de l’eau dans les différents compartiments du néphron. Le sang filtré au niveau du glomérule devient un ultrafiltrat isotonique au ...
Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"