Le Point Vétérinaire n° 387 du 01/07/2018

TOXICOLOGIE

Fiche toxicologie

Meg-Anne Moriceau*, Laurence Tavernier**, Jennifer Blondeau***


*CNITV, VetAgro Sup
1, avenue Bourgelat
69280 Marcy-l’Étoile
cnitv@vetagro-sup.fr
Tél. : 04 78 87 10 40

Les rodenticides anticoagulants sont largement utilisés pour réduire les populations de rongeurs, aussi bien en produits phytosanitaires sur les cultures qu’en biocides chez les particuliers : présents partout, ils sont à l’origine de nombreuses intoxications chez les animaux.

Le toxique Les rodenticides anticoagulants, ou antivitaminiques K (AVK), sont utilisés depuis les années 1950 dans la lutte contre les rongeurs. Deux générations peuvent être distinguées : ceux de 1re génération (warfarine, chlorophacinone, coumatétralyl) et ceux, plus persistants dans l’organisme, de 2e génération (flocoumafène, di féthialone, difénacoum, bromadiolone, brodifacoum), mis sur le marché à la suite de l’apparition de résistances aux molécules de 1re génération. Dérivés de la 4-hydroxycoumarine, de la 4-hydroxy-thiocoumarine ou de l’indane-1,3-dione, ils présentent une analogie structurale avec la vitamine ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire, retrouvez votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK