Le point Vétérinaire Canin n° 387 du 01/07/2018

OPHTALMOLOGIE

Cas clinique

Vincent Charvet

Groupe vétérinaire de Brocéliande
ZI du Maupas
35290 Saint-Meen-le-Grand

Un signe clinique isolé permet rarement un diagnostic. Un hyphéma, par exemple, peut n’être que le révélateur d’une affection générale, comme un lymphome.

Résumé

→ Un cocker de 7 ans présente un hyphéma bilatéral après un coup sur la tête. En fait, l’animal a aussi une polyadénomégalie périphérique et les examens complémentaires objectivent un lymphome de haut grade. L’hyphéma peut aussi bien être d’origine idiopathique que résulter de facteurs divers comme un traumatisme, des troubles de l’hémostase, une atteinte systémique (tumeur, infection, inflammation), etc. Il n’est alors que le révélateur d’une affection sousjacente qu’il importe d’identifier, comme un lymphome dans le cas décrit. Lors de lymphosarcome, l’adénopathie multicentrique est le signe clinique le plus fréquent, puis viennent les signes oculaires : habituellement une uvéite, plus rarement un hyphéma. Il s’agit de caractères de gravité.

Summary

Bilateral hyphema on a 7-year-old dog

→ A 7-year old cocker spaniel presented with bilateral hyphema after a blow to the head. The animal also had peripheral polyadenomegaly and a high grade lymphoma was found after complementary examinations. Hyphema can be of idiopathic origin as well as due to various causes such as trauma, haemostatic disorders, systemic involvement (tumour, infection, inflammation), etc. It is important to identify any underlying condition, such as a lymphoma in the case described. Generalised lymphadenopathy is the most common clinical sign in lymphosarcoma, followed by ocular signs in particular uveitis and rarely hyphema. These signs characterise the severity of the condition.

Key words

Dog, hyphema, uveitis, lymphoma
Si l’hyphéma est un signe clinique qui passe difficilement inaperçu, son exploration doit se placer dans le contexte général d’un examen clinique complet, afin de ne pas se précipiter sur une cause uniquement locale. Les traumatismes sont fréquemment - et à juste titre - incriminés, mais l’hyphéma peut aussi être le révélateur d’une affection sous-jacente qu’il nous faut découvrir.CAS CLINIQUE 1. Introduction Un cocker mâle de 7 ans est présenté en consultation de référé pour un hyphéma bilatéral qui serait secondaire à une contusion ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
au Point Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
Le Point Vétérinaire
Le Point Vétérinaire, la revue de formation de référence des vétérinaires.
Abonné au Point Vétérinaire Expert Canin et/ou Expert Rural, retrouvez votre/vos revues(s) dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK
A ne pas manquer
  • Formation : découvrez les programmes e-learning "Anesthésie : bien se préparer pour bien la gérer" et "L’Epanchement thoracique dans tous ses états"