Élections européennes : quelle utilité pour la santé et la cause animale ? - La Semaine Vétérinaire n° 2037 du 07/06/2024
La Semaine Vétérinaire n° 2037 du 07/06/2024

EXPRESSION

Auteur(s) : Propos recueillis par Chantal Béraud

Avec trente-sept listes différentes déposées pour les européennes, serait-ce le moment idéal pour exprimer ses convictions personnelles ? Convaincus de cette opportunité démocratique, des vétérinaires partagent leurs points de vue et certains se portent même canddats.

Jean-Marc Fortané (T 85)

Ex-praticien mixte à Châteaurenard (Bouches-du-Rhône)

Jean-MarcFORTANE1NB.jpg

Je suis tête de liste Pour une autre Europe

J’ai créé puis exercé dans ma clinique de 1989 à 2015. Peu à peu conscient de l’effondrement de la biodiversité, j’ai aussi fondé dès 2006 l’« Association pour une urbanisation concertée », en faveur d’un plan local d’urbanisme plus « vert ». Actuellement, je suis gérant d’une pépinière d’entreprises. Autant dire qu’aux « y a qu’à » des politiques, je préfère largement les « pour et comment » ! C’est pourquoi notre programme décline des actions pragmatiques sur sept thématiques phares. Nous avons choisi ces solutions après discussion entre citoyens connaisseurs d’un sujet, via une méthode de démocratie participative opérationnelle. Nous pensons aussi que l’Union européenne est nécessaire mais qu’elle ne fonctionne pas sous sa forme actuelle, notamment trop sous l’influence de lobbies néfastes. À l’opposé, nous sommes des citoyens indépendants, sans soutien financier… Pour voter pour nous1, Français, réveillez-vous, en soutenant notre réforme pacifique démocratique !

Christophe Blanckaert (L 91)

Praticien canin à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais)

ChristopheBlanckaertNB.jpg

Je suis candidat pour le Parti animaliste

Aux dernières législatives, j’ai obtenu le meilleur score national du parti animaliste avec 3,58 % des suffrages exprimés sur dans ma circonscription. Donc je me représente, même si je n’ai aucune chance cette fois d’être élu, car l’ordre des candidats sur notre liste a été établi après un tirage au sort qui me classe à la 56e position sur un total de 81 candidats. Mais il est intéressant de participer à la campagne, avec un programme qui entend toujours agir au service de l’homme, de l’animal et de la planète… En tant que vétérinaire, je me retrouve dans ces valeurs qui promeuvent le « One Health ». Un élément phare est pour moi que l’on parvienne à réduire notre consommation de protéines animales et ses effets néfastes, qui sont désormais scientifiquement prouvés. Or le levier d’action dans ce domaine est d’ordre européen, puisque c’est la politique agricole commune qui est concernée. Il faut que les subventions européennes n’aillent plus à l’agriculture intensive mais au soutien d’une transition vers une agriculture plus végétale2.

Nathalie Simon (A 79)

Vétérinaire comportementaliste et formatrice en conduite accompagnée du chien

NathalieSimonNB.jpg

Contribuons au débat démocratique !

Ces élections sont importantes, car des progrès ont déjà été accomplis pour les animaux à l’échelle européenne. Par exemple l’interdiction de la coupe des oreilles des chiens, ou certaines améliorations des conditions de vie dans les élevages… Certes, on n’avance peut-être pas aussi vite et aussi loin qu’il le faudrait, mais au moins il y a une prise de conscience. Cependant, engager une transition pas à pas reste complexe. Et malheureusement, sur ces questions, les politiques consultent rarement les vétérinaires ! De plus, des systèmes de lobbying, notamment auprès des médias, bloque souvent la diffusion des « bonnes » informations. Personnellement, je continuerai à m’exprimer quand cela est possible, même si  je ne suis pas assez relayée par les médias. Et j’irai voter, même si le bien-être animal n’est pas le premier critère de choix car d’autres sujets sont à mon sens prioritaires et surtout reliés à l’idée de démocratie, de paix et de respect des humains comme des animaux.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr