L’I-Cad fait le point sur les animaux identifiés  - La Semaine Vétérinaire n° 2036 du 31/05/2024
La Semaine Vétérinaire n° 2036 du 31/05/2024

Statistiques

ANALYSE CANINE

Auteur(s) : Par Jean-Paul Delhom

Le rendez-vous annuel de la semaine nationale de l’identification aura lieu du 10 au 16 juin. L’occasion de dresser un bilan des animaux identifiés auprès de l’I-Cad. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter, même si du côté du chat, des progrès restent à faire. 

La sixième édition de la semaine nationale de l’identification, qui se tiendra du 10 au 16 juin prochain, sera orchestrée par l’I-Cad, la société de gestion du fichier d’identification. Son président, Pierre Buisson (L 84), a profité d’une conférence de presse le 16 mai dernier à Paris pour faire le point sur les actions mises en place par la société, ses évolutions à venir, et pour partager quelques statistiques relatives à l’identification. 

La semaine de l’identification, un outil de sensibilisation multicanal

L’objectif de la semaine nationale de l’identification est de sensibiliser les Français aux enjeux de l’identification, d’informer les détenteurs de son obligation et de son intérêt et d’impliquer les prescripteurs dans sa promotion. La campagne 2024 met en miroir les besoins fondamentaux de l’être humain (sommeil, alimentation, santé,…) et la nécessité de faire identifier son animal. Un site* sera dédié au grand public ainsi que des pages spécifiques pour les professionnels. Un appel à projets concentré sur deux thématiques (lien homme-animal et concept « One Health »), désormais clos, va permettre la concrétisation de trois initiatives. Une élection de trois chiens et trois chats, ambassadeurs 2024 (déjà plus de 2 320 participations) ainsi que de nouveaux webinaires seront proposés le 10 juin pour le grand public et le 11 juin pour les professionnels (en live et en replay). Une campagne menée par trois influenceurs sera lancée pour toucher un nouveau public.

Un fichier I-Cad dématérialisé

Sous délégation du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire, la société Ingenium animalis, cofondée par le SNVEL et la Centrale canine, assure la gestion du fichier national  d’identification I-Cad en France depuis 2012. Ce fichier est la plus grosse base de données en Europe pour les animaux domestiques, a rappelé Pierre Buisson. Gratuit et sécurisé, il est consulté quotidiennement par l’ensemble des acteurs de la filière. L’année 2024 sera celle de l’accélération de la dématérialisation pour le fichier I-Cad, adoptée massivement  (248 000 cartes téléchargées en trois mois), pour permettre aux vétérinaires de gagner en efficacité et éviter l’impression de nombreux courriers.

Sécuriser les annonces de vente en ligne

À la demande du ministère, un nouvel outil informatique a été développé pour déclarer les activités relatives aux chiens, chats et furets en application de la loi de santé animale. Cette démarche permettra de disposer d’une vision complète et chiffrée de l’ensemble de la filière. Ce même ministère a souhaité une labellisation des annonces de ventes, d’adoptions ou de dons d’animaux en ligne suite à la loi du 30 novembre 2021 contre la maltraitance animale. Ingenium animalis a mis à disposition des plateformes de vente en ligne un outil gratuit qui permet la double identification via le fichier I-Cad et l’enregistrement du vendeur dans la base nationale des opérateurs. « Ce contrôle des annonces est une avancée pour la lutte contre les trafics et pour la protection animale », se félicite Pierre Buisson.

* https://identifier-mon-animal.fr/semaine-nationale-de-l-identification-2024/

Les données du baromètre I-Cad pour 2023

Le nombre d’enregistrements en 2023 s’établit à 1 678 597 identifications dont 758 439 chiens, 917 590 chats et 2 568 furets dans les foyers français. Un chiffre élevé qui affiche un léger repli de 5 % par rapport à 2022 mais qui progresse depuis dix ans. Cette baisse en 2023 fait suite à un nombre important d’enregistrements en 2020 et en 2021 du au boom des adoptions durant le Covid, mais s’explique aussi par l’inflation, avec une hausse du prix moyen des soins, et par conséquent une moindre médicalisation et identification.

Les importations ne représentent que 3 % des enregistrements : Belgique (6 506), Royaume-Uni (6 289), Roumanie ( 661). Les animaux importés le sont principalement par des particuliers (91 %). Les nouvelles identifications se font par puce électronique dans 93 % des cas.

Les régions Auvergne-Rhône-Alpes (189 229), Nouvelle-Aquitaine (189 029) et Occitanie (184 008) se maintiennent, comme en 2022, dans le top 3 des régions où sont enregistrées le plus d’identifications, toutes espèces confondues, pendant que les départements du Nord (59 901), du Pas-de-Calais (44 813) et des Bouches-du-Rhône (40 695) se classent en tête du podium.

Le chat encore insuffisamment identifié

Les chiffres du baromètre I-Cad semblent confirmer l’engouement pour le chat au sein des foyers français avec une augmentation des identifications de 5 % en un an (22 % en cinq ans) alors que celles du chien se stabilisent, voire sont en léger recul sur un an. Toutefois, malgré ces chiffres prometteurs, moins d’un chat sur deux est identifié en France. Les chattes sont plus identifiées que les mâles, notamment en raison de l’association de l’acte d’identification avec celui de la stérilisation : 4 277 155 chattes identifiées contre seulement 3 924 732 chats en 2023.

Le fichier national recense une population globale de 17 925 143 animaux identifiés et considérés vivants au 31 décembre 2023 dont 9 712 324 chiens et 8 201 903 chats soit une augmentation de 2 % en un an, et de 10 % en cinq ans. Plus de six Français sur dix possèdent aujourd’hui au moins un chat ou un chien identifié en France, notamment en Ile-de-France qui compte 2 094 136 animaux, en Auvergne-Rhône-Alpes (2 081 445) et en Nouvelle-Aquitaine (2 056 068).

Le berger australien a toujours la cote

Chez le chien, le classement des races et apparences raciales les plus identifiées en 2023 montre que le berger australien domine avec 34 453 chiens identifiés, suivi du chihuahua (32 817). En tête en 2022, le border collie (32 675) recule à la troisième place suivi du golden retriever (22 309) puis du bouledogue français (21 706). Chez le chat, sans surprise, l’européen est largement en tête avec 764 184 chats identifiés au cours de l’année 2023, suivi du maine coon (39 803), et du sacré de Birmanie (10 700). Le prénom de l’année 2023 pour les chiens comme pour les chats est Ulysse.

Les déclaration de pertes sont en hausse

Près de 900 000 déclarations de changement de détenteur ont été effectuées en 2023, principalement de professionnels à particuliers (64 %).

Les entrées en fourrières d’animaux identifiés et déclarés dans le fichier s’élèvent à 51 205 (en baisse de 6 % comparé à 2022 mais en hausse de 16 % par rapport à 2018). Les chiens – identifiés à 95 % –, représentent l’essentiel des animaux récupérés avec 44 155 chiens déclarés en fourrière pour 7 025 chats (dont les entrées en fourrières sont en progression de 53 % sur cinq ans).

En 2023, 82 864 animaux ont été déclarés perdus (62 330 chats, 20 454 chiens et 80 furets) soit une augmentation de 19,54 % depuis cinq ans. 28 636 chats et 13 526 chiens ont été retrouvés par leur propriétaire. Des chiffres qui restent encore insuffisants et démontrent l’importance pour les détenteurs d’assurer la mise à jour du profil de leur animal sur le fichier national I-Cad. Concernant les déclarations de décès, elles s’établissent à 399 679 animaux qui sont signalés « décédés ». Un chiffre en progression qui témoigne des efforts de pédagogie, tant auprès des détenteurs que des ayants droit concernés (municipalités notamment), mais qui reste éloigné de la réalité.

Des chats libres mais fichés

L’implication des associations et des collectivités porte ses fruits. En effet, 62 278 chats libres ont été identifiés en 2023, soit un chiffre multiplié par 30 en dix ans. Au total, 402 628 chats libres sont enregistrés dans le fichier représentant 5 % de la population totale des chats.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr