T.O.M., le nouvel allié de l’électrochirurgie vétérinaire  - La Semaine Vétérinaire n° 2017 du 09/01/2024
La Semaine Vétérinaire n° 2017 du 09/01/2024

Matériel 

PHARMACIE

Auteur(s) : Par Amandine Violé 

Mano Médical, filiale du groupe Génia, lance son nouvel outil d’électrochirurgie : un bistouri électrique tripolaire, annoncé comme une « révolution dans le milieu de la chirurgie vétérinaire ». 

En 1863, apparaît le premier bistouri dit électrique. Cent soixante ans plus tard, aucun chirurgien ne saurait se passer de cet outil aux avantages multiples : alliance de la section tissulaire et de l’hémostase, diminution du temps d’intervention, réduction des risques infectieux, notamment. 

Le plus souvent hybride, ce dispositif dispose de deux modes, monopolaire ou bipolaire, lesquels dépendent du trajet du courant électrique sur les tissus biologiques. Alors que le bistouri bipolaire ne requiert qu’une faible tension du fait de la distance minime séparant ses deux polarités, sa fonction de coupe s’en trouve diminuée. Le bistouri monopolaire présente l’avantage de couper et de coaguler efficacement les tissus biologiques ciblés, mais nécessite pour ce faire une tension élevée, l’entièreté du courant circulant alors au sein du patient, entre son électrode active et la plaque neutre. En résulte l’un de ses principaux risques : l’occurrence de brûlures pour le patient, voire le chirurgien lui-même. 

À ce titre, la Haute Autorité de Santé (HAS) a publié des recommandations visant à limiter le nombre de ces événements indésirables, spécifiant que « l’électrochirurgie est une technologie à haut risque pour le patient qui peut causer des blessures, voire la mort »*. De fait, 70 % de ces incidents (des brûlures cutanées et viscérales, principalement) résultent de l’utilisation du bistouri monopolaire. Des risques d’interférence avec certaines machines de monitoring ou des dispositifs implantables sont également à noter. L’HAS préconise donc le mode bipolaire plutôt que monopolaire. En outre, ces dispositifs exposent les opérateurs aux fumées chirurgicales dont l’inhalation peut être à l’origine d’effets sanitaires défavorables. En médecine vétérinaire, faute de moyens mis à disposition, ce risque est le plus souvent peu maîtrisé. 

Un outil sûr et écologique 

En réponse aux limitations préconisées et afin de s'accorder avec les nouvelles recommandations de l’HAS, Mano Médical présente son nouvel outil d’électrochirurgie humaine et vétérinaire : T.O.M. (pour Tripolar Open Multifunctional). Fabriqué en France, il a été conçu par Nicolas Rousseau, président de Magnitude Surgical, et sera distribué pour le marché vétérinaire mondial en exclusivité par Mano Médical. 

Instrument unique, T.O.M se compose de quatre éléments et nécessite un générateur spécifique à son fonctionnement. Combinant les avantages des technologies monopolaires et bipolaires sans leurs inconvénients, dix fonctions sont disponibles par simple rotation de l’électrode lame, permettant d’activer différents modes de coupe et d’hémostase. 

Particulièrement indiqué dans le cadre de chirurgies à risque (risque hémorragique, NAC, système implanté, animal gestant), ce dispositif s’avère sécure pour le patient, l'absence de plaque neutre annulant de fait les risques de brûlure des tissus à son contact, ainsi que pour le chirurgien. La gouttière optionnelle ExtraT.O.M., combinée à un aspirateur de fumées, offre par ailleurs la possibilité de récupérer les fumées chirurgicales, à la nocivité établie. Celle-ci assure également l’irrigation peropératoire.

Le nombre restreint de ses composants, qui viennent se substituer à la plaque, aux câbles et autres outils annexes, lui assure un impact environnemental réduit, avec seulement 94 grammes de déchets à chaque utilisation : l’électrode lame (4 gr) et la gouttière (90 gr) étant toutes deux à usage unique. La pince T.O.M. est, quant à elle, autoclavable et donc réutilisable. 

Déjà référencé par la Direction générale des Armées (DGA), T.O.M devrait être disponible dès janvier 2024. 

  • * « Points clés & solutions : Gérer les risques liés à l’utilisation du bistouri électrique » (HAS) : urlz.fr/pdsV
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr