Ces effets indésirables liés à l’usage du fluralaner - La Semaine Vétérinaire n° 2015 du 15/12/2023
La Semaine Vétérinaire n° 2015 du 15/12/2023

Pharmacovigilance

ANALYSE CANINE

Auteur(s) : Par Michaella Igoho-Moradel

Une thèse s’intéresse aux premières données sur les effets secondaires de cet antiparasitaire pour chiens et chats, d'après les cas de pharmacovigilance française.

« Attention au Bravecto ! », « Le Bravecto est-il dangereux ? », titrent des journaux de la presse écrite ou numérique, qui ont consacré des articles aux effets secondaires du fluralaner. Lancé en 2014, cet antiparasitaire est disponible sur le marché français sous forme de comprimés à croquer pour chiens ou de spot-on pour chiens et chats. Il est indiqué pour la prévention et le traitement des infestations par les puces et les tiques. Cette substance fait partie des isoxazolines, la dernière famille de molécules arrivée sur le marché des antiparasitaires pour carnivores domestiques. Bien qu’il soit plébiscité pour son efficacité et sa longue durée d’action (3 mois), ce traitement a fait l’objet d’une mauvaise publicité, surtout sur les réseaux sociaux, où il est accusé d’être à l’origine d’effets secondaires graves. Mythe ou réalité ? Et quelle est la situation dans l’Hexagone ? Flavie Vanderhaeghe s’est penchée sur cette question dans le cadre de sa thèse vétérinaire, qu'elle soutiendra courant 2024. Elle en a présenté les premiers résultats en primeur le 1er décembre dernier, lors d’un atelier « Pharmacovigilance ».

Des effets probables ou supposés

La thésarde s’est intéressée aux effets secondaires probables ou supposés que provoquerait l’administration de fluralaner, c’est-à-dire à leur fréquence et à leur délai d’apparition, qu’ils soient attendus ou non. Pour cela, Flavie Vanderhaeghe a construit une étude rétrospective des cas français de pharmacovigilance recensés depuis la commercialisation du Bravecto, en 2014, jusqu’en décembre 2022. À ce stade, les résultats présentés ne concernent que les comprimés à croquer pour chiens contenant du fluralaner. Les associations avec d’autres molécules ont été exclues. Tous les cas classés improbables ont été exclus ; seuls ceux probables ont été étudiés ainsi que les cas non conclusifs. Qu’en est-il ressorti ? Plus de 26 millions de traitements ont été vendus depuis le lancement du Bravecto, majoritairement sous forme de comprimés pour chiens (79 %) et de spot-on pour chat (19 %). La majorité des effets secondaires déclarés concernent des troubles digestifs, des troubles systémiques (vomissements, diarrhée, abattement, fatigue) et des troubles neurologiques (épilepsie, convulsions).

Des biais à corriger

« Ces mêmes familles d'effets secondaires sont représentées de manière égale quel que soit le dosage (112,5 mg, 250 mg, 500 mg, 1000 mg, 1400 mg). On peut donc conclure que le type de dosage n’influence pas les effets secondaires qui vont apparaître », explique Flavie Vanderhaeghe. Concernant les cas non conclusifs ou douteux (645 cas), les troubles systémiques sont également signalés ainsi que quelques troubles neurologiques. Là encore, il n’y a pas de différence en fonction du dosage. Par ailleurs, trois familles d’effets indésirables se démarquent : des troubles cutanés, comportementaux et rénaux. Quelques troubles musculosquelettiques et hépatiques apparaissent quand les dosages sont élevés. Concernant les cas humains (10 cas d'ingestion accidentelle), les effets indésirables déclarés sont peu graves (majoritairement de simples troubles digestifs).

« Cette étude a ses limites et cela doit être pris en compte dans son interprétation. Nous ne savons pas vraiment combien de cas ont été sous-estimés ou surestimés car le produit a été victime de mauvaise publicité. Cela a pu engendrer davantage de déclarations », poursuit Flavie Vanderhaeghe, qui relève aussi que la durée d’action de la molécule peut favoriser la corrélation entre la prise du traitement et les effets observés durant cette période. Aussi, afin de limiter ces biais, invite-t-elle les vétérinaires à déclarer les cas qu’ils rencontrent au cours de leur exercice.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr