Faire tomber les résistances  - La Semaine Vétérinaire n° 2013 du 01/12/2023
La Semaine Vétérinaire n° 2013 du 01/12/2023

EDITO

Auteur(s) : Michaella Igoho-Moradel

MICHAELLAMORADEL1.2.jpg

Le troisième volet du plan EcoAntibio a enfin été dévoilé par le ministère de l’Agriculture. L’une de ses mesures vise une réduction de 15 % de l’exposition des animaux de compagnie aux antibiotiques, d’ici 2028. Les praticiens auront donc 5 ans pour inverser la tendance haussière observée ces dernières années. Est-ce une surprise ? Non. L’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV) avait annoncé la couleur, puisqu’elle observait dès 2018 un effet de seuil et recommandait de prendre des mesures pour surveiller l'usage des antibiotiques dans cette filière. Aujourd’hui, le niveau d’exposition des chats et des chiens par les voies orale et parentérale est proche de celui estimé en 2011. Pour les praticiens canins, il s’agit désormais de confirmer la baisse amorcée entre 2021 et 2022 (réduction de 3,1 % de l’exposition des animaux de compagnie aux antibiotiques). L’outil Calypso favorise une analyse plus fine de leurs usages et leur permettra de s’autoévaluer. Outre les chiens et les chats, les équidés sont aussi sous surveillance. Une mesure du nouveau plan EcoAntibio concerne l’évaluation de leur exposition, en considérant les spécificités de la filière. Peu importe l’espèce, la vaccination et la biosécurité sont encouragées. Autre nouveauté de ce troisième volet, le plan EcoAntibio cible désormais les antimicrobiens autres que les antibiotiques (à savoir les antiprotozoaires et les antifongiques) et les antiparasitaires. Prévention, sensibilisation, formation, recherche, surveillance… Les cinq axes développés dans le plan visent à lutter contre la résistance bactérienne. Espérons que le maintien et le développement d’un arsenal thérapeutique optimal soit tout autant favorisé, afin de faciliter sa mise en œuvre. 

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr