Pas d’antibiotiques sur les diarrhées non compliquées du chien - La Semaine Vétérinaire n° 2010 du 10/11/2023
La Semaine Vétérinaire n° 2010 du 10/11/2023

Gastro-entérologie

ANALYSE CANINE

Auteur(s) : Par Tanit Halfon

Une étude menée par l’équipe du projet VetCompass du Royal Veterinary College de Londres confirme une nouvelle fois le fait que les antibiotiques ne servent pas à la résolution clinique des cas de diarrhées aiguës non compliquées.

L’amélioration des pratiques vétérinaires passe nécessairement par l’accumulation de données scientifiques. C’est dans ce cadre que s’inscrit le projet VetCompass1 du Royal Veterinary College de Londres (Royaume-Uni), qui vise à collecter un maximum de données cliniques directement issues des établissements de soins, à des fins d’études épidémiologiques. Dans la dernière étude, publiée dans le journal Plos One2 en date du 4 octobre 2023, la question posée était celle de l’intérêt clinique des antibiotiques et des nutraceutiques (compléments alimentaires) dans une situation de diarrhée aiguë canine non compliquée. La réponse était claire : il n’y a pas de bénéfice clinique !

Près de 900 chiens inclus dans les essais

Cette publication diffère sensiblement des autres : de fait, il s’agit de la première étude qui vise à évaluer un lien de cause à effet. En théorie, c’est l’essai clinique contrôlé randomisé en double aveugle qui est visé pour évaluer ce lien de causalité. Mais il est quelquefois difficile de le mettre en œuvre, pour des raisons de coûts, d’insuffisance de cas, d’éthique, etc. La donne est en train de changer avec l’essor des nouvelles technologies, qui permettent de générer une masse de données (big data). Ces dernières peuvent être exploitées via une approche statistique dite d’émulation d’un essai cible, laquelle consiste à « simuler » un essai randomisé à partir de données observationnelles. Cela a évidemment des limites, notamment le risque de s'appuyer sur des données passées non contrôlées (analyse rétrospective). De plus, avec cette approche, il est impossible de simuler un double aveugle. Mais malgré tout, l’expérience acquise en médecine humaine a montré qu’il s’agissait « d’une approche puissante ».

L’étude de VetCompass est l’une des premières à appliquer cette nouvelle approche dans le domaine vétérinaire. Rappelons qu’avec VetCompass, ce sont les données de 1 800 établissements primaires de soins qui sont rendues accessibles, ce qui correspond à plus de 20 millions d’animaux. En l'occurrence, ce sont près de 900 chiens, âgés de 3 mois à 10 ans, qui ont pu être inclus dans les essais simulés. Le premier a comparé 355 chiens ayant reçu un traitement d'antibiotiques à 539 n’en ayant pas eu. Le second a comparé 597 chiens auxquels avaient été prescrits des nutraceutiques, à 297 n’en ayant pas bénéficié. Environ 200 chiens avaient reçu les deux.

Pas de différences significatives dans les résultats cliniques

À ce jour, les preuves de l’efficacité clinique des antibiotiques ou nutraceutiques pour traiter une diarrhée canine aiguë restent limitées. Plusieurs essais randomisés ont bien été menés, mais avec un nombre d’animaux inclus réduit, souvent de l’ordre de la dizaine. Toutefois, ces études suggéraient que les antibiotiques n’offraient aucun avantage clinique. Dans une étude prospective parue en 2020 comparant l’effet placebo à la combinaison amoxicilline/acide clavulanique sur 16 chiens, les données suggéraient également que les antibiotiques prédisposaient au développement d’Escherichia coli résistantes à l’amoxicilline, avec une persistance jusqu’à 3 semaines après l’arrêt du traitement. Pour toutes ces raisons, à l'heure actuelle, les recommandations officielles sont de réserver le traitement à base d'antibiotiques pour les cas de diarrhées à risque élevé ou avec des signes de septicémie.

Dans la présente étude, deux variables ont été suivies pour évaluer l’efficacité du traitement testé : la résolution clinique (c'est-à-dire l'absence de nouvelle visite avec une diarrhée continue dans les 30 jours suivant la première présentation, ou alors la preuve d’une résolution lors de la visite suivante), d'une part, et le temps écoulé avant une deuxième visite ayant abouti à la prescription d’un traitement supplémentaire (« escalade de traitement »), d'autre part. L’analyse des résultats montre qu’il n’y a pas de bénéfice clinique, ni pour les antibiotiques ni pour les nutraceutiques. De plus, pour ces derniers, l’essai a révélé que les chiens en ayant reçu une prescription au moment de la première consultation étaient plus susceptibles d'avoir une escalade de traitement à partir du 10e jour, même si cette différence reste minime. D’autres études seraient donc nécessaires pour mieux comprendre ce résultat. La question du bénéfice clinique du régime alimentaire dans la résolution de la diarrhée aiguë serait aussi un autre axe à explorer.

De manière générale, dans cette étude, la plupart des chiens n’ont pas été revus en consultation, qu’ils aient reçu ou non des antibiotiques ou des nutraceutiques. Environ 9 chiens sur 10 se sont rétablis après une première consultation, indépendamment du traitement par antibiotiques.

Pour les auteurs, ces résultats confortent les recommandations officielles. Ils participent à l’amélioration des pratiques pour lesquelles des marges de progrès sont encore possibles.

  • 1. RVC-University of London : rvc.ac.uk/vetcompass
  • 2. Pegram C., Diaz-Ordaz K., Brodbelt D., et al. Target trial emulation: Do antimicrobials or gastrointestinal nutraceuticals prescribed at first presentation for acute diarrhoea cause a better clinical outcome in dogs under primary veterinary care in the UK ? Plos One. 2023 ;18(10): e0291057. urlz.fr/od7E
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr