Le forum Ergone sur fond d’après crise - La Semaine Vétérinaire n° 2007 du 20/10/2023
La Semaine Vétérinaire n° 2007 du 20/10/2023

Profession

ANALYSE GENERALE

Auteur(s) : Par Françoise Sigot

La quatrième édition du forum Ergone s’est tenue les 12 et 13 octobre au musée des Confluences de Lyon. Retour sur les temps forts qui permettent de prendre du recul sur la thématique de crise.

Le forum annuel d'Ergone à Lyon est un espace d’échanges, de partage d’expériences et d’ouverture vers d’autres univers. Dans un contexte national et international difficile, les participants ont travaillé  avec optimisme sur le thème : « La crise ? Et si c’était mieux après ? ».

La crise, un état permanent

Invité à disserter autour des notions de crise et de confiance, le philosophe Raphaël Enthoven a rapidement posé le débat : « Peut-on citer un seul moment de l’histoire sans crise ? La crise est là depuis longtemps et pour longtemps », a-t-il tranché. « La crise est un état permanent qui change de forme au gré des époques », a-t-il poursuivi. Quant à savoir si l’après serait mieux que l’avant, il fut là aussi tranchant : « Dans le sentiment qu’il existe un monde d’après la crise, il y a un déni du tragique, c’est-à-dire un déni du fait qu’il existe dans la vie des problèmes sans solution ».

Et d’appeler à s’interroger sur la question de savoir si c’était mieux après en prenant d’abord le contrepied. « Si ceux qui se demandent si c’était mieux avant considèrent que la mémoire est indispensable à l’action, pas de problème, car la nostalgie sert à pondérer les effets de l’enthousiasme. Donc, on a raison de mettre en garde contre l’oubli du passé ; on a raison de mettre en garde contre la perte de la mémoire collective ; mais on a tort de tenir le temps présent pour la seule négation du précédent. D’un côté, on a une amertume qui ouvre le regard et dit "c’était mieux avant" mais essayons de comprendre. Et de l’autre côté, il y a les œillères du ressentiment ». Invitant ses auditeurs à faire le deuil d’une sortie de crise et d’un monde d’après pour faire de la crise « notre quotidien », le philosophe a ensuite livré quelques clés sur la confiance : « La confiance ne vient que d’elle-même, c’est un acte de foi, un saut dans le vide ». Et de glisser un petit conseil : « La seule défaite inacceptable dans la vie n’est pas d’échouer, mais de ne pas mener le combat ».

Ainsi armés, les participants ont aussi pu profiter des retours d’expériences de la biathlète Marie-Laure Brunet les invitant à « oser sortir de ce que l’on connaît ». Leïla Assaghir (N23) a, quant à elle, apaisé les plus inquiets en les assurant « qu’il est humain de faire des erreurs », avant que Christophe Haag, chercheur en psychologie sociale, n'assène que : « Dès qu’il y a crise, il faut opérer un changement de toi ». De son côté, Wilfried Aubron, consultant formateur en leadership, notait qu’en temps de crise « il y a ceux qui construisent des murs et ceux qui construisent des ponts ». C’est à Frank Debouck, président de la Communauté d'universités et d'établissements (Comue) de Lyon, qu’il revenait de conclure le forum sur une note optimiste : « L’homme est un acteur de fiabilité, mais il est faillible. Chacun de nous fait en moyenne 30 erreurs par jour ».

Les lauréats de l’année

Cette année, le prix Michel Meunier est allé à Marie Ronze, étudiante du parcours Master 2 MCESV (Management et communication des établissements de soins vétérinaires), pour son travail sur le thème « Management par objectifs en structure vétérinaire : réalisation d’un guide d’utilisation ». Les auxiliaires (ASV) étaient également à l’honneur. Le jury a décerné le trophée Vet Nurse Day à Manon Cannas, ASV au sein de la clinique Lingostière à Nice (Alpes-Maritimes), qui a réalisé un travail sur la prise en charge de la faune sauvage en détresse. Elle partage son trophée avec Enola Rojo, ASV à la clinique vétérinaire Sainte-Anne de Sorgues (Vaucluse), laquelle a mis en place au sein de sa clinique une association baptisée Vétéricare, qui  offre aux personnes à faibles revenus un accès aux soins pour leurs animaux.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr