Le congrès de la WSAVA, un événement international fédérateur - La Semaine Vétérinaire n° 2006 du 13/10/2023
La Semaine Vétérinaire n° 2006 du 13/10/2023

International

ANALYSE CANINE

Auteur(s) : Par Anne-Claire Gagnon

L'association WSAVA ne se contente pas d'émettre régulièrement des guides de recommandations pour aider la profession vétérinaire à une échelle internationale, quel que soit le pays d’exercice. Elle est aussi, à l’occasion de son congrès annuel, un lieu d’échanges précieux entre vétérinaires de tous horizons culturels, géographiques, voire spirituels.

80 conférences par jour sur 10 thématiques différentes, 3 jours de suite, avec un atelier pré-congrès sur les violences domestiques, voilà le programme XXL du congrès de la World Small Animal Veterinary Association (WSAVA) qui s’est tenu à Lisbonne (Portugal) du 27 au 29 septembre dernier, avec une affluence record de presque 3 800 participants venus de 103 pays.

Une opportunité d’appréhender des visions différentes du métier

Évènement à la fois scientifique et commercial (avec le lancement de nombreuses spécialités et nouveautés technologiques), le congrès de la WSAVA, auquel s’est couplé celui de la FECAVA (Federation of European Companion Animal Veterinary Associations), est aussi et surtout un évènement social et fédérateur, où les vétérinaires du monde entier ont plaisir à « frotter et limer [leur] cervelle contre celle d'autrui », comme disait le philosophe Montaigne. Car oui, le vétérinaire est vraiment un animal social, heureux de retrouver ses amis, de rencontrer des experts internationaux, avec lesquels chaque midi il pouvait parler sur le stand de la WSAVA et aussi faire connaissance avec des représentants vétérinaires de culture et traditions différentes. Pérou, Chili, Australie, Uruguay, Inde, Jordanie, Ukraine, Slovaquie, Liban, Indonésie, Finlande, Brésil : que d’opportunités de découvrir des techniques, des astuces et des spiritualités différentes. Depuis 1948, l’Organisation mondiale de la santé définit elle-même la santé par un état complet de bien-être physique, psychique, social et spirituel, mention acceptée tardivement en 2005 à Bangkok (Thaïlande). Parmi les techniques pour lutter contre le burn-out, un confrère brésilien a cité ainsi les prières, qu’il pratique dans un groupe de parole en ligne.

Les Nations unies vétérinaires

Le défi de la WSAVA est de construire, au sein de ses 16 comités thématiques, des réflexions, puis des recommandations qui pourront faire progresser la qualité des soins dispensés aux animaux partout dans le monde, sans oublier de ménager et promouvoir la santé des équipes vétérinaires. La volonté est d’avoir des recommandations permettant à toutes et à tous de progresser. Car même les petits pays ou ceux en guerre, comme l’Ukraine, mettent un point d’honneur à respecter de hauts standards d’analgésie, y compris en opérant à la frontale quand l’électricité saute. Alesya Lischyshyna, responsable du projet de stérilisation des chats en Ukraine pour l’association Four Paws, a précisé que la guerre n’a pas arrêté l'activité qui a même été dopée, en raison des animaux parfois restés seuls à errer. Avant la guerre, de nombreuses municipalités ukrainiennes réalisaient des campagnes de stérilisation canine de masse, sans s’occuper des chats. Aussi, depuis octobre 2022, le projet Kishka (chatte en ukrainien) a l’ambition de stériliser 10 000 chats par an avec 6 vétérinaires sur 6 sites différents dans des locaux mis à disposition pro bono par les municipalités. Les vétérinaires ukrainiens de Four Paws ont été formés par leurs confrères bulgares, qui ont une grande habitude de ces campagnes. L’ambitieux objectif devrait être atteint, puisqu’au 31 juillet 2023, 5 187 chats avaient déjà été stérilisés et vaccinés contre la rage. La salle est restée muette devant les images de médecine de guerre présentées par Alesya Lischyshyna et l’une des vétérinaires. « Les études universitaires ne préparent pas les vétérinaires aux types de blessures qu'ils traitent quotidiennement. Avec les bombardements, les effondrements d'immeubles et les tirs quotidiens, les traumatismes sont complètement différents de ceux généralement observés dans une clinique de premier recours. Le projet Kishkavets traite les animaux au mieux de leurs capacités avec des ressources limitées – blessures par éclats d'obus, amputations traumatiques et blessures par écrasement sont des cas courants. », a-t-elle témoigné.

Comprendre et combattre les incivilités au sein des équipes vétérinaires

Le travail d’équipe du comité exécutif est essentiel, avec une diversité ethnique et d’activité très inspirante : médecine équine, de refuge, intégrative, dentisterie, etc. Toutes les générations sont représentées permettant un brassage culturel et générationnel salutaire. La WSAVA a l’ambition d’une approche globale de la profession, avec cette année, pour la première fois, de nombreuses conférences sur les soft skills (qui sont véritablement des compétences humaines, à apprendre et perfectionner), à la fois sous l’égide du comité Wellness, mais aussi sur le thème fédérateur de la véritable bienveillance au sein des équipes vétérinaires. Le monde anglo-saxon ne craint pas d’aborder lucidement le sujet, la domination en management conduisant inexorablement à des erreurs médicales préjudiciables à la qualité des soins. La présence d'infirmières comme Helen Silver-MacMahon, qui a consacré son PhD (doctorat) à l’erreur médicale vétérinaire*, a permis de mieux comprendre ces incivilités dont 99 % d’entre nous ont fait l’expérience de la part de leurs patrons ou collègues. Elle a raconté comment un chirurgien aguerri avait agoni d’horreurs un jeune résident en neurologie, en pleine intervention chirurgicale, alors même que celle-ci était parfaitement réalisée. Comme pour les violences sexuelles, celle ou celui qui se fait rudoyer au quotidien a beaucoup de mal à se plaindre, préférant courber l’échine, sans permettre la remise en question de la personne toxique, déficiente en management, voire malade. Être maltraité par un collègue ou un supérieur hiérarchique est encore pire quand on est soi-même quelqu’un d’empathique. Et le lien entre incivilité vétérinaire et burn-out est attesté, permettant de voir probablement la fuite de la jeune génération comme une question de survie.

Demain la Chine

Avec plus de 200 millions d'animaux de compagnie vivant dans les foyers chinois et plus de 22 000 cliniques vétérinaires pour animaux de compagnie déjà établies, des industries d’imagerie de précision et d’intelligence artificielle qui promettent monts et merveilles, la Chine se réjouit d’accueillir l’édition 2024. Louis Liu, le président de la BJSAVA (association des vétérinaires de petits animaux de Pékin), déclare que le congrès WSAVA représente : « les "Jeux olympiques" du monde vétérinaire aux yeux de la profession vétérinaire en Chine ; l'accueillir est donc un honneur et un privilège. Nous sommes impatients de rencontrer nos collègues du monde entier, d'apprendre d'eux, de partager nos connaissances avec eux et de leur faire découvrir la culture dynamique de la Chine. » D’ailleurs, Olivier Keravel (A 91), pratiquant exclusivement la cancérologie (Eiffelvet, Paris), formé en France et aux États-Unis, estime clairement que « l'édition WSAVA 2023 fera date avec l'irruption majeure des laboratoires et fabricants chinois, au côté de la reconnaissance de l'intérêt de la télémédecine, en particulier chez le chat, et le début de l'utilisation de l'intelligence artificielle dans notre pratique quotidienne ». Rendez-vous est donné à la planète vétérinaire à Suzhou (près de Shanghai) du 3 au 5 septembre 2024.

Des guides pour la profession

Quatre recommandations globales ont été lancées au congrès de Lisbonne, qui devraient toutes être traduites en français : « Professional Wellness », « Contrôle de la reproduction, « Zoonoses », « Mise à jour des recommandations vaccinales ».

Deux certificats de formation en gestion de la douleur1 et en bien-être2 ont aussi été lancés, grâce au concours respectif des entreprises Zoetis et Hill’s.

Ont été également abordés, la question de l’antibiothérapie « Restriction, habilitation, modification du comportement : quelle est la meilleure approche pour améliorer la prescription d'antimicrobiens ? » et celle du « Zéro en 30 » pour la rage dont l’éradication est un objectif de santé publique.

1. wsava.org/pain-certificate/

2. academy-wsava.thinkific.com/courses/certificate-in-PW

Des vétérinaires récompensés par la WSAVA

Cinq vétérinaires ont été récompensés pour leur contribution majeure à leur discipline : les Britanniques Paula Boyden (protection animale, lien entre les violences domestiques) et Emma Milne (sensibilisation sur les hypertypes), l'Américain Laurel Kaddatz (meilleure protection juridique des animaux de compagnie), le Canadien Brendon Laing (télémédecine et santé mentale des équipes), et le Canado-Brésilien Paulo Steagall (analgésie/anesthésie).

  • * Également fondatrice de la société Being Human (being-human.co.uk).
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr