Le vétérinaire : un nouveau référent pour le conseil en élevage - La Semaine Vétérinaire n° 2000 du 25/08/2023
La Semaine Vétérinaire n° 2000 du 25/08/2023

ANALYSE GENERALE

Auteur(s) : Clothilde Barde

Le 24 janvier 2005, la visite sanitaire bovine (VSB) obligatoire ciblée sur les maladies réputées contagieuses était lancée pour répondre aux besoins de reconnaissance des missions sanitaires vétérinaires en élevage. En effet, à la suite de la grève des praticiens, qui s’est déroulée en 2003-2004, et de la résolution qui a été adoptée après de multiples négociations, en novembre 2004, cette mesure était une première étape pour développer le conseil vétérinaire en élevage. En parallèle, le bilan sanitaire volontaire (BSV), visite facultative en élevage bovin, était mis en place. Bien que soutenu par les groupements de défense sanitaire et par les groupements techniques vétérinaires, au vu de son caractère facultatif, il revenait aux praticiens de convaincre les éleveurs de l’intérêt d’effectuer cette visite de conseil.

Une nouvelle activité pour le vétérinaire rural

En effet, le BSV permettait aux éleveurs de compléter leurs connaissances des risques sanitaires potentiellement rencontrés en élevage. Dans ce cadre, il leur était également proposé de suivre un programme de formation intitulé « L’éleveur infirmier de son élevage », afin qu’ils puissent mieux gérer un bovin malade (conduite à tenir, prévention, traitement). Selon Christophe Brard, président de la Société nationale des groupements techniques vétérinaires, « l’année 2005 marque donc un tournant pour les vétérinaires ruraux qui, avec la VSB et le BSV, voient une traduction concrète de la notion de conseil vétérinaire en élevage ».

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr