Vaccine ou pas ? - La Semaine Vétérinaire n° 1997 du 07/07/2023
La Semaine Vétérinaire n° 1997 du 07/07/2023

EDITO

Auteur(s) : Marine Neveux

MARINENEVEUX.jpg

« Nous devons commencer par avoir un schéma vaccinal complet, c’est la base », répond sans ambages Bruno Lina, virologue à Lyon1, à la question sur ce qu’il est possible d’espérer en termes de "santé positive", de santé publique, de découvertes de demain. « On aura beau manger sain, faire du sport, si on n’a pas un schéma vaccinal complet, on ne pourra pas prétendre être protégé contre les agents infectieux potentiels. » La vaccination, mesure de base d’une action de la santé publique, une évidence ? Pas forcément, à en juger par les cas de polio observés à New York chez des patients non vaccinés. Et pourtant, « on peut éradiquer des maladies avec la vaccination, on l’a déjà fait avec la variole, on pourrait le faire avec la rougeole », martèle le virologue. En médecine vétérinaire, l’éradication de la peste bovine en est un autre exemple.

La vaccination, l’immunité plus largement, montre toute la pertinence d’une approche "Une seule santé", tant les connaissances en santé humaine et animale progressent  naviguent de conserve, et la santé environnementale ouvre de nouvelles perspectives en approfondissant les notions d’exposome, de microbiome.

Toutes les sciences se révèlent pertinentes dans ce concept, comme la psychologie ou la sociologie, alors que l’hésitation vaccinale est un phénomène à comprendre, à appréhender. L’Organisation mondiale de la santé identifiait déjà la réticence à la vaccination comme l’une des dix principales menaces mondiales pour la santé en 2019 (avant la crise du Covid). Cette hésitation gagne aussi du terrain en pratique vétérinaire avec des pet parents parfois réticents à faire vacciner leur animal (sans nécessairement être des "antivaccins"). Les principales raisons invoquées par les propriétaires sont l’absence de nécessité, le prix, l’absence de contact de leur chat avec un autre animal…

La défiance vaccinale, une nouveauté ? La vaccination a été tantôt adoubée, tantôt dénigrée, et ce, dès l’époque d’Edward Jenner et les premiers essais de « variolisation », précurseurs de la vaccination, qui ont fait l’objet de multiples critiques d’ordre anthropologique, éthique, médical, religieux…

Il est intéressant que la profession prenne part à ces réflexions et à ces débats, par son approche scientifique et son appréhension du terrain.

Côté productions animales, rendez-vous est donné à l’automne2 pour lutter contre l’IAHP.

D’ici là, La Semaine Vétérinaire "papier" marque une pause estivale mais reste à vos côtés quotidiennement pour l’actu sur le site du pointveterinaire.fr

Bel été !

  • 1 À lire en pages 32 à 37 de ce numéro.
  • 2 À lire en pages 28 et 29.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr