Le premier vaccin contre le rotavirus porcin - La Semaine Vétérinaire n° 1989 du 12/05/2023
La Semaine Vétérinaire n° 1989 du 12/05/2023

Prévention

PHARMACIE

Auteur(s) : Par Michaella Igoho-Moradel

Suigen Rota Coli permet l’immunisation des porcelets nouveau-nés contre le rotavirus par le colostrum de leurs mères.

Le rotavirus est l’un des principaux agents responsables de diarrhées néonatales chez le porcelet. Pour faciliter sa prise en charge médicale, Virbac propose depuis fin décembre 2022 Suigen Rota Coli, un nouveau vaccin indiqué pour l’immunisation active des truies et des cochettes gestantes contre le rotavirus porcin et les colibacilles F4, F5, F6 et F41. « Ce vaccin permet un transfert d’immunité au porcelet à l’issue de la prise colostrale. Suigen Rota Coli réduit les signes cliniques des diarrhées néonatales associées à ces colibacilles et au rotavirus. Il diminue l’excrétion virale des rotavirus dans les fèces des porcelets », explique le laboratoire.

Mortalité et baisse de croissance

Les rotavirus occupent une place croissante dans l’étiologie des diarrhées néonatales du porcelet, à travers le monde. « Les diarrhées néonatales du porcelet sous la mère font partie des problématiques qui entraînent mortalité et baisse de croissance dans les élevages. Ces aléas peuvent représenter un coût estimé jusqu’à 134 euros par truie et par an avec 10 % de mortalité en maternité », souligne Virbac. Face à ce constat, le laboratoire rappelle que la vaccination est un outil de prévention des plus efficaces pour protéger les porcelets contre les diarrhées néonatales causées par les rotavirus en complément des mesures de biosécurité. « Ce lancement marque notre volonté de nous impliquer aux côtés des professionnels de la filière porcine », souligne Matthieu Gonneaud, chef de marché Animaux d’élevage de Virbac France. Le laboratoire propose un accompagnement des praticiens en filière porcine. Pauline Berton, vétérinaire (T 11), est en charge de l’animation du réseau de praticiens en médecine porcine, de l’accompagnement au développement de la prévention des entérites néonatales du porcelet, notamment celles dues au rotavirus, et coordonne les essais et diagnostics.

Une immunité passive

L’immunité passive est acquise par l’allaitement des porcelets mais dépend du fait que les porcelets reçoivent suffisamment de colostrum après la naissance. La protection est accordée pendant les premiers jours critiques de la vie des porcelets ayant reçu du colostrum de truies vaccinées. Une dose (2 ml) est administrée par voie intramusculaire (dans le cou derrière l’oreille). En primovaccination des truies et des cochettes, l’administration de deux doses se fait à un intervalle de deux à quatre semaines ; la seconde injection doit être réalisée au plus tard deux semaines avant la mise bas. Pour les rappels, lors des gestations suivantes, l’administration d’une dose (2 ml) doit être effectuée quatre à deux semaines avant la mise bas prévue. À noter que ce médicament vétérinaire contient de l’huile minérale. Une injection accidentelle du produit peut provoquer un gonflement intense, qui peut entraîner une nécrose ischémique, par exemple, et même la perte d’un doigt. Des précautions particulières sont à prendre lors de son administration.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr