Impacts de l’utilisation d’huile essentielle de lavande vraie en début d’engraissement des jeunes bovins - La Semaine Vétérinaire n° 1989 du 12/05/2023
La Semaine Vétérinaire n° 1989 du 12/05/2023

Médecine alternative

FORMATION MIXTE

Auteur(s) : Clothilde Barde

Article rédigé d’après le poster « Utilisation d’huile essentielle de lavande vraie en début d’engraissement des jeunes bovins : quel impact sur le comportement, la fréquence et la gravité des troubles respiratoires ? » présenté lors des journées 3R des 7 et 8 décembre 2022.

Les éleveurs utilisent des antibiotiques en ateliers d’engraissement, principalement lors d’apparition de troubles respiratoires (TR) chez les jeunes bovins1. En effet, en moyenne ce sont entre 20 et 30 % des jeunes bovins qui présentent ces symptômes dans le mois qui suit leur arrivée, ce qui s’explique, selon les chercheurs, par une baisse de l’efficacité du système immunitaire (stress rencontré lors de la transition naisseur/engraisseur2). Or, dans le contexte actuel de raisonnement de l’utilisation des antibiotiques, l’huile essentielle de lavande vraie (HEL), au regard de ses propriétés anxiolytiques, pourrait être envisagée pour accompagner la transition naisseur/engraisseur3 et atténuer les réactions consécutives à la perception des événements stressants. C’est pourquoi, dans le cadre de l’étude présentée ici4, l’intérêt de l’utilisation d’HEL pour réduire le stress ressenti par les jeunes bovins ainsi que l’incidence et la gravité des TR, et améliorer les performances des élevages a été évalué. À cet égard, un essai permettant de comparer des cases de jeunes bovins exposés à l’HEL (HE) à des cases de jeunes bovins non exposés (TEM) a été mis en place dans quatre ateliers d’engraissement.

Aucune différence significative observée

L’HEL a été administrée à 222 jeunes bovins de race Charolaise par voie percutanée au centre de tri, puis par voie respiratoire pendant la semaine suivant leur arrivée en atelier d’engraissement (par une corde naturelle imbibée enroulée au-dessus de la table d’alimentation). Ils ont ensuite été suivis (observations comportementales et individuelles de signes cliniques en lien avec les TR et pesées) jusqu’à l’abattage. D’après les résultats obtenus, il semblerait que l’HEL n’ait pas d’effet sur les TR (pas de différence significative de morbidité, de gravité des TR et du nombre de traitements antibiotiques administrés), ni sur les performances des animaux (pas de différence significative du gain moyen quotidien (GMQ) entre les lots HE et TEM). De même, l’évaluation a montré que l’HEL n’a pas d’effet significatif sur le comportement des jeunes bovins. Toutefois, les opérateurs ont décrit les jeunes bovins du lot HE comme étant « plus calmes au moment des manipulations ». Ressenti qui mériterait d’être objectivé par des tests comportementaux, tels que le test de réactivité à la pesée, selon les chercheurs5.

Des travaux à poursuivre

Par conséquent même si, avec les indicateurs mesurés dans les conditions de l’essai, il semblerait que l’HEL ne soit pas efficace pour réduire le stress des jeunes bovins au moment de la transition naisseur/engraisseur, les chercheurs suggèrent d’étudier l’association d’autres huiles essentielles anxiolytiques avec des huiles aux propriétés anti-infectieuses et anti-inflammatoires pour réduire le stress aigu et les TR. En effet, chez l’homme, l’HEL n’est pas indiquée en cas de stress aigu (comme celle vécue par les jeunes bovins à la mise à l’engraissement) mais en cas de stress chronique ou de stress d’anticipation. Enfin, comme les effets de l’HEL sont peu persistants au-delà de la période d’administration, un faible impact sur le GMQ total était attendu, même s’il mériterait d’être investigué, selon les chercheurs. « À cause du caractère multifactoriel des TR bovins, une approche globale de la problématique est donc recommandée pour une prévention efficace », ont-ils conclu.

  • 1. Assié S., Bareille N., Beaudeau F., Seegers H. Management- and housing-related risk factors of respiratory disorders in non-weaned French Charolais calves. Prev Vet Med. 2009;91(2-4):218-25.
  • 2. Timsit E., Bareille N., Seegers H., et al. Visually undetected fever episodes in newly received beef bulls at a fattening operation: Occurrence, duration, and impact on performance. J Anim Sci. 2011;89(12):4272-80. 
  • 3. Poutaraud A., Michelot-Antalik A., Plantureux S. Grasslands: A source of secondary metabolites for Livestock health. J Agric Food Chem. 2017;65(31):6535-53.
  • 4. bit.ly/3HlMSRf.
  • 5. Bradley B.F., Brown S.L., Chu S., Lea R.W. Effects of orally administered lavender essential oil on responses to anxiety-provoking film clips. Hum Psychopharmacol. 2009;24(4):319-30.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr