Metaxx, du méloxicam en comprimés à croquer pour chats - La Semaine Vétérinaire n° 1981 du 17/03/2023
La Semaine Vétérinaire n° 1981 du 17/03/2023

Marché

PHARMACIE

Auteur(s) : Michaella Igoho-Moradel

Metaxx 0,25 mg fait partie des produits qui ont reçu en janvier dernier le feu vert de l’Agence nationale du médicament vétérinaire pour leur commercialisation.

Six. C’est le nombre d’autorisations de mise sur le marché (AMM) que l’Agence nationale du médicament vétérinaire (Anses-ANMV) a octroyé en janvier dernier. Metaxx 0,25 mg (Alfasan), des comprimés de méloxicam à croquer pour chats, Metaxx 15 mg/ml (Alfasan), une suspension buvable de méloxicam pour chevaux, Dorimec (Chanelle Pharmaceuticals), une solution injectable de doramectine pour bovins, ovins et porcins, sont entre autres les nouveaux produits qui font leur entrée sur le marché.

Du méloxicam en solution injectable pour soulager les chevaux

Les comprimés à croquer Metaxx 0,25 mg sont indiqués pour le soulagement de la douleur et de l’inflammation post-opératoires légères à modérées chez les chats, par exemple chirurgie orthopédique et des tissus mous. De même que la douleur et de l’inflammation en cas de troubles musculo-squelettiques aigus et chroniques chez les chats. Le traitement peut être administré avec ou sans nourriture, et les comprimés divisés en deux ou en quatre parties égales en fonction du poids corporel pour un dosage précis. Pour les chevaux, Metaxx est désormais disponible en suspension buvable pour soulager l’inflammation et la douleur dans les troubles musculo-squelettiques aigus et chroniques chez les chevaux. Une seringue doseuse fournie dans l’emballage permet d’administrer le bon dosage soit à mélanger à l’alimentation, soit à mettre directement dans la gueule, une fois par jour, jusqu’à 14 jours.

Un antibiotique pour la prise en charge des PRB et PRP

Autre nouveauté, la solution injectable Dorimec. Chez les bovins, elle peut être utilisée pour le traitement des nématodes gastro-intestinaux, des nématodes de l’appareil respiratoire, des nématodes de l’œil, des hypodermes, des poux, des agents responsables de la gale et des tiques. Chez les ovins, pour le traitement des nématodes gastro-intestinaux, des nématodes de l’appareil respiratoire, pulmonaires, des larves d’œstres et des acariens de la gale. Chez les porcins, il traite les nématodes gastro-intestinaux, les nématodes de l’appareil respiratoire et des nématodes des reins, les poux piqueurs et les agents responsables de la gale sarcoptique. L’agence a également donné son feu vert pour la commercialisation de Huvexxin 100 mg/ml (Huvepharma), une solution injectable pour bovins, porcins et ovins à base de tulathromycine. Elle permet notamment de prendre en charge les pathologies respiratoires bovines (PRB) associées à Mannheimia haemolytica, Pasteurella multocida, Histophilus somni et Mycoplasma bovis sensibles à la tulathromycine. Ainsi que les pathologies respiratoires porcines (PRP) associées à Actinobacillus pleuropneumoniae, Pasteurella multocida, Mycoplasma hyopneumoniae, Haemophilus parasuis et Bordetella bronchiseptica sensibles à la tulathromycine. Ce produit est également disponible en dosage de 25 mg/ml pour les porcins.

Des notices modifiées

La notice du médicament Emdofluxin 50 mg/ml (Emdoka), une solution injectable, est modifiée. Dans la rubrique « Précautions particulières d’emploi », la phrase suivante a été ajoutée : « La flunixine est toxique pour les oiseaux nécrophages. Ne pas administrer aux animaux susceptibles d’entrer dans la chaîne alimentaire de la faune sauvage. En cas de mort naturelle ou d’euthanasie d’animaux traités, s’assurer que la faune sauvage n’aura pas accès aux carcasses et ne pourra pas les consommer. » Les notices des médicaments Voxical comprimés pilules pour chats, Strantel chats comprimés et Milaxyn comprimés pilules pour chats, commercialisés par le laboratoire Chanelle Pharmaceuticals, intègrent désormais l’hypersalivation dans la rubrique « Effets indésirables ».

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr