Tricholor, un nouveau vaccin contre la teigne bovine - La Semaine Vétérinaire n° 1971 du 06/01/2023
La Semaine Vétérinaire n° 1971 du 06/01/2023

Parasitisme

PHARMACIE

Auteur(s) : Michaella Igoho-Moradel

Commercialisé par Ceva Santé animale, le produit est destiné à toutes les filières bovines.

 Bien connue des praticiens, la teigne bovine est une affection cutanée causée par un champignon microscopique, Trichophyton verrucosum. « Ses spores sont très résistantes dans l’environnement. La surpopulation, le manque de luminosité et de ventilation ainsi qu’une humidité trop importante sont des conditions favorisant l’apparition de la teigne, conditions toutes réunies pendant l’hiver dans certaines stabulations », rappelle Ceva Santé animale. Le laboratoire vient de lancer Tricholor, un vaccin contre la teigne chez les bovins. Au-delà de la filière des veaux de boucherie, Ceva rappelle que cette maladie a des conséquences économiques non négligeables, car « les animaux affectés par la teigne sont plus difficiles à commercialiser ».

Un usage prophylactique et thérapeutique

Tricholor est indiqué dans le traitement prophylactique et thérapeutique de la trichophytose due à T. verrucosum (teigne) chez les bovins à partir de 1 jour d’âge. « Autorisé depuis 2022 en France, ce vaccin bénéficie d’un recul important avec 50 années de mise sur le marché et des millions d’animaux vaccinés à travers le monde. Grâce à un volume d’injection réduit et à une forte concentration en principe actif, Tricholor permet de vacciner sereinement les bovins des élevages français, contribuant ainsi à la lutte contre la teigne », détaille Ceva Santé animale. La dose prophylactique chez le veau de moins de 4 mois est de 1 ml, elle monte à 4 ml pour les veaux et les bovins à partir de 4 mois. L’immunité est complètement atteinte 4 semaines après la deuxième injection et dure au minimum 2 ans. La vaccination s’effectue en 2 fois par voie intramusculaire, en respectant un intervalle de 10 à 14 jours ; une troisième injection de la même dose peut être nécessaire 10 jours après la deuxième. Les temps d’attente sont de 7 jours pour la viande et les abats et de zéro jour pour le lait. Par ailleurs, la maladie est contagieuse et peut affecter l’humain. La contamination se fait par simple contact avec les bovins infectés ou avec leur milieu de vie. Chez l’humain, « la teigne se manifeste par des lésions caractéristiques inflammatoires et souvent suppuratives au niveau des mains, des bras, du visage et de la chevelure. Les personnes les plus à risque sont les enfants, les éleveurs et, plus généralement, tous les professionnels de l’élevage (vétérinaires, marchands de bestiaux, personnel des abattoirs…). La vaccination des bovins est, avec la biosécurité, une des méthodes de maîtrise les plus efficaces pour éradiquer la maladie » détaille Ceva Santé animale.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr