Combien doit peser un chaton à la naissance ? - La Semaine Vétérinaire n° 1968 du 02/12/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1968 du 02/12/2022

Néonatalogie

ANALYSE CANINE

Auteur(s) : Amélie Mugnier

Grâce aux données partagées par plus de 130 éleveurs français, le poids attendu des chatons à la naissance est désormais connu pour 15 races félines, dont les 10 les plus représentées en France.

Jusqu’à présent, les données disponibles dans la littérature estimaient que le poids à la naissance d’un chaton, quel qu’il soit, devait être en moyenne de 100 g (± 10 g1, 2). Cependant, même si la variabilité morphologique est moindre que chez le chien, le chat adulte peut peser entre 3 et 10 kg en fonction de sa race3, ce qui suggère des différences de poids à la naissance également. L’équipe du centre NeoCare de l’École nationale vétérinaire de Toulouse (Haute-Garonne) s'est intéressée à cette question. Leur dernière étude4, publiée en septembre 2022 dans la revue Theriogenology, a montré que le poids des chatons à la naissance varie effectivement en fonction de la race. Ces résultats ont été obtenus à partir de données portant sur 3 547 chatons, collectées entre 2016 et 2020 auprès de 139 élevages français de chats de race pure. Il s’agit de la première étude de si grande envergure menée sur des chatons de pure race.

La race, un facteur majeur de variation du poids

Le facteur race s’est révélé être le plus influent sur la valeur du poids à la naissance : il explique 25 % des variations enregistrées. Les chatons les plus lourds sont bien ceux de race de plus grandes tailles. D’autres facteurs interviennent également. Le poids des chatons à la naissance diminue lorsque la taille de la portée grossit ; il augmente avec l’âge de la mère. Ce dernier lien doit toutefois être davantage exploré, étant donné que trois quarts des chatons étudiés étaient nés de chattes de moins de 4 ans. Par ailleurs, dès la naissance, les poids des mâles sont supérieurs à ceux des femelles. Enfin, les poids de naissance sont plus faibles en été et en automne comparativement aux deux autres saisons. Tous ces facteurs sont toutefois mineurs par rapport à la race, puisqu’ils expliquent chacun moins de 3 % des variations de poids de naissance constatées.

Trois groupes de races félines

En utilisant un algorithme de clustering, trois groupes de races ont été identifiés sur la base de leur poids de naissance moyen et de la taille moyenne de leurs portées. Le premier groupe correspond aux races caractérisées par des petites portées et des faibles poids à la naissance : sphynx, sacré de Birmanie, persan et exotic shorthair. Le deuxième est un groupe de races dont les portées sont de grandes tailles et les poids de naissance intermédiaires : russe, nebelung, mau égyptien, ragdoll, sibérien, bengal, scottish, highland, british, orientaux. Enfin, le troisième inclut les races avec des grandes portées et des poids à la naissance élevés : Maine coon, chartreux et norvégien.

Un indicateur de santé à court et long terme

La connaissance précise des valeurs de poids de naissance attendues, ainsi que des facteurs susceptibles de le faire varier, pourrait être utile pour le suivi de la santé des chatons. En effet, il a été démontré pour différentes espèces de mammifères que le poids à la naissance, reflet de la croissance intra-utérine, avait des conséquences sur la santé à court (pendant la période néonatale5) et long terme (à l’âge adulte6). L’évaluation du poids à la naissance, qui ne nécessite qu'une simple balance, permettrait aux éleveurs et aux vétérinaires d’identifier précocement les individus devant bénéficier d’une prise en charge particulière afin de maximiser leurs chances de survie, puis de vie adulte en bonne santé. D’autres analyses restent toutefois nécessaires pour évaluer le lien entre le poids de naissance et la mortalité néonatale dans l’espèce féline, comme cela a été fait chez le chiot5.

  • Sources : bit.ly/3gDVkRY
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr