Chien de Troie - La Semaine Vétérinaire n° 1956 du 06/09/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1956 du 06/09/2022

EDITO

Auteur(s) : Valentine Chamard

La brucellose canine, maladie émergente en Europe1. C’est l’un des effets inattendus de la crise du Covid qui a fait exploser ces derniers mois le marché de l’animal de compagnie, ce réconfort en périodes troublées. Avec la hausse des demandes, l’importation et l’e-commerce de chiens battent leur plein. Importations de chiots qui peuvent aussi s’opérer dans des élevages européens. Les usines à chiots d’Europe de l’Est sont pourtant un fléau connu et dénoncé depuis de nombreuses années du fait des conditions insalubres et contraires au bien-être dans lesquelles ils sont élevés, entraînant leur lot de troubles comportementaux et maladies. De nombreuses associations vétérinaires et de protection animale se sont déjà inquiétées par le passé de l’importation de maladies en même temps que les animaux – la British Veterinary Association, BVA, qui vient de communiquer sur le sujet et faire part de son inquiétude, les appelle les « chiens de Troie »–, leur principale crainte étant l’introduction de la rage. C’est finalement la brucellose qui est sous le feu des projecteurs en ce moment. Deux femmes (une éleveuse néerlandaise et une bénévole qui a recueilli un chien d’Europe de l’Est via une association de protection animale) ont ainsi contracté une infection à B. canis en 2022. La brucellose canine est donc actuellement une menace de santé publique réelle en Europe, y compris en France (cinq élevages concernés au cours des huit derniers mois). La BVA enjoint le gouvernement britannique à mettre en place des contrôles à l’importation, tandis que l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) se mobilise pour mieux comprendre la maladie, qui recèle encore des inconnues. Une maladie souvent difficile à diagnostiquer – et traiter – chez le chien, et qui n’est pas sans poser non plus des questions éthiques, le seul choix s’offrant au praticien étant l’euthanasie ou le suivi à vie de l’animal.

  • 1. Voir les pages 18 à 21 de ce numéro.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr