Césarienne « ventrale » et à droite de la vache : quelles indications pratiques ? - La Semaine Vétérinaire n° 1956 du 06/09/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1956 du 06/09/2022

FORMATION MIXTE

Auteur(s) : Clothilde Barde

Conférence présentée par Jocelyn Amiot, vétérinaire à Épinac (Saône-et-Loire) lors du Congrès national de la Société nationale des groupements techniques vétérinaires (SNGTV) qui s’est tenu à Nantes du 18 au 20 mai 2022.

La césarienne de la vache, réalisée dans la majorité des cas par voie paralombaire gauche, est indiquée notamment lors de disproportion fœto-pelvienne, de dystocies diverses et de mortalité fœtale. Le conférencier a exposé deux autres voies d’abord possibles : la voie paralombaire droite et la voie paramédiane (quatre ouvertures possibles).

À chaque indication sa voie d’abord

La voie d’abord paralombaire droite est indiquée si la vache ne peut pas se retourner ou si l’abord par le flanc gauche n’est pas sécurisé, lors d’éventration à gauche, si le fœtus a été repéré à droite par le vétérinaire, ainsi que pour recoudre les déchirures utérines. Par ailleurs, la césarienne par voie paramédiane est réalisée sur une vache couchée, sur une vache parétique, sur une vache peu docile (hypomagnésémie notamment), si le veau est « enclavé » dans le bassin, s’il est emphysémateux (l’utérus peut être alors extériorisé pour éviter une contamination de la cavité abdominale) ou lors d’hystérectomie. Dans un tel cas, comme l’a indiqué le conférencier, on distingue tout d’abord l'ouverture latérale basse ou moyenne, qui se pratique sur animal couché avec une incision oblique vers l’avant et le bas à partir de la mi-distance de l’angle de la hanche et de l’ombilic. Après avoir incisé le muscle droit de l’abdomen, l’utérus apparaît tout de suite après incision du péritoine. La seconde voie d’abord paramédiane possible est située en région basse latéro-ventrale et se fait par une incision un travers de main en avant de la mamelle puis le long de la veine mammaire latéralement. L’accès à gauche permet alors de ne pas « encombrer » le champ opératoire avec des anses intestinales contrairement à la droite. L’utérus est alors extériorisé, seulement si une infection est déclarée et si cela est possible. Quant à la voie basse ventrale paramédiane, elle peut également être réalisée sur la partie du ventre droite ou gauche, mais l’incision est pratiquée en avant de la mamelle et en parallèle de la veine mammaire, à un travers de main ventralement à celle-ci, à égale distance de la veine mammaire et de la ligne blanche. Enfin, la voie basse médiane est pratiquée sur la ligne blanche, en avant de la mamelle. Jocelyn Amiot souligne que même si cette technique est la plus simple à mettre en œuvre, elle ne doit pas être envisagée sur une vache de race allaitante en raison d’un fort risque d’éventration.

Des intérêts variés

« Avec la voie paramédiane, le vétérinaire gère alors mieux la douleur des vaches (sédation profonde voire anesthésie générale - AG) et la gestion du post-opératoire est beaucoup plus facile alors » a indiqué le praticien. Ainsi, selon lui, pour éviter que la vache ne se relève, le vétérinaire peut, outre la sédation à base de xylazine 2 % par voie intraveineuse (IV) ou intramusculaire (IM) (1 ml IV ou 3 ml IM), réaliser une anesthésie épidurale basse avec 30 à 40 ml de lidocaïne ou de procaïne. Une légère dose de kétamine peut alors être éventuellement utilisée en IV. Enfin, le conférencier a insisté sur l’importance, lors d’AG légère de stade 1, d’attacher correctement la vache. Autre point à ne pas négliger selon Jocelyn Amiot, la suture de la paroi musculaire, qui doit se faire avec un fil de décimale 8, un surjet en U ou des points de rapprochements afin d’éviter l’éventration de l’animal. La césarienne par voie paramédiane, même si elle est plus longue à mettre en place, est donc une intervention facile à réaliser et il peut être intéressant de prendre le temps de réfléchir avant de faire une césarienne « classique » à gauche. En respectant les indications pour cette intervention, mais également pour l’abord paralombaire droit, « cette approche chirurgicale doit pouvoir toujours être envisagée car elle est accessible à tous ».

  • Les prochaines Journées des GTV auront lieu à Poitiers les 24, 25 et 26 mai 2023
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr