Les clés d’un recrutement efficace - La Semaine Vétérinaire n° 1951 du 01/07/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1951 du 01/07/2022

Management

ENTREPRISE

Auteur(s) : Par Laurent Lacouture

L’âge d’or d’un vaste choix entre candidats est révolu. Voici des clefs pour aider à la difficile tâche du recrutement, et à la conception d’une annonce attractive, en fonction de vos attentes et de celles de la personne que vous recherchez.

Le recrutement vétérinaire est un des principaux défis de notre profession cette décennie. Dans un précédent article (« Démarquez-vous ! Prêt ? Partez ! » 1), nous avons vu comment se rendre plus visible pour ses futurs collègues. Aujourd’hui nous traitons du contenu d’une annonce de recrutement attractive.

S’adresser à d’autres générations

On désigne les générations avec les lettres X, Y ou Z. Derrière ces concepts alphabétiques se trouvent des réalités tangibles et des tendances de génération.

À moins de s’adresser spécifiquement à quelqu’un de son âge, il existe une différence de perception du monde réel, de principes, de besoins, d’attentes en fonction des générations successives. Ignorer ces différences, c’est être ignoré soi-même. Pour qu’un futur salarié s’intéresse à l’annonce publiée, il faut que celle-ci lui parle, qu’il ou elle s’y reconnaisse. Or, pour cela, mieux vaut identifier ces générations.

La génération X (nés entre 1960 et 1980)

Le recruteur, la gérante à la recherche d’un collègue de travail représente la génération X, qui a connu des crises pétrolières, économiques. Le chômage devenait un problème grandissant. Il fallait s’adapter, faire des sacrifices et parfois s’investir énormément en temps dans son travail. il s’agit d’une génération en quête d’ascension sociale, d’entreprenariat.

Cette dernière a connu Internet tardivement, souvent peu ou pas connectée, et malgré tout, flexible et capable d’adaptation même sans forcément utiliser les outils numériques dans tout leur potentiel2.

Bien entendu, il s’agit là d’une tendance générationnelle, dans laquelle chacun se reconnaît ou pas, mais globalement assez représentative.

Génération Y (nés entre 1981 et 2000)

« […] Appelés également Digital Natives ou Millenials, ils ont grandi avec les écrans d’ordinateur et les consoles de jeux vidéo : ils appartiennent à la première génération véritablement née avec Internet. Ils maîtrisent donc parfaitement les outils technologiques. Impatients et réticents face à l’autorité, ils sont considérés comme instables car ils recherchent sans cesse la meilleure place : en ce sens, ils n’ont pas peur de se former et de se remettre en question pour faire évoluer leur carrière. Cette génération a besoin de se sentir épanouie dans son travail et fuit la routine à tout prix. Très autonomes et sociables, les Millenials apprennent facilement et s’adaptent vite. Leur envie d’entreprendre est réelle. » 3

Cette génération a besoin de se sentir intégrée au sein d’une équipe pour s’épanouir. Elle a envie d’échanger sur les cas, de partager son expérience pour apprendre de celle des autres.

Génération Z (nés à partir de 2001)

« […] Débrouillarde et connectée, la génération Z ne sait pas vivre sans la technologie et s’identifie à travers les réseaux sociaux. Internet est son principal outil de communication. Multi-identitaire, 70 % de cette génération est prête à travailler à l’international. À cause des contenus courts et éphémères des réseaux sociaux, les jeunes de cette génération ont du mal à se concentrer. En effet, ils se dispersent vite et sont relativement défiants vis-à-vis de l’entreprise. La moitié d’entre eux a envie d’entreprendre un jour. Selon les jeunes de cette génération, pour réussir, avoir un bon réseau est plus important qu’avoir fait des études. Ils ont le sens des valeurs et fonctionnent dans le travail en transparence totale […] » 3

C’est également une génération angoissée, préoccupée par le besoin de trouver un sens à sa vie, à leur travail. Et pleinement consciente des enjeux écologiques et des inégalités sociales.

Que leur dire ?

De cette première analyse de génération il ressort plusieurs éléments :

- Une envie d’entreprendre pour une bonne proportion d’entre eux.

- Un besoin d’intégration et d’accompagnement.

- Une angoisse et un manque de confiance en soi, qui se traduit par une envie d’être accompagné.

- Une perte d’intérêt qui se traduit par un désir de formation continue.

- Un besoin d’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle qui se traduira dans les faits par un temps partiel ou une diminution du temps de travail avec l’âge.

Structurer votre annonce

Même si la situation est tendue, l’annonce ne peut pas se réduire à « cherche n’importe qui car on a besoin de souffler ».

Ce type d’annonce est très vite rejeté car il est associé à un risque important de travail en dehors des horaires prévus. Ensuite, Il est probable que l’on se voie confier les tâches les moins intéressantes, car il existe un besoin de rentabilité que seul un senior peut octroyer.

Donc, en premier lieu, il est impératif de cibler ses besoins réels, de façon la plus précise possible. A-t-on besoin d’un généraliste, d’un chirurgien ? A-t-on des besoins spécifiques pour répondre à un développement sectoriel ?

Dans un second temps il faut faire son introspection, à savoir regarder objectivement ce que l’on est en mesure d’apporter ou comment on peut accompagner. Il faut être sincère dans cette vision des choses, car si l’annonce est trop éloignée d’une certaine réalité, les futurs candidats ne resteront pas et feront de la mauvaise publicité auprès de leur propre réseau.

Vous aimez transmettre ? Dites-le. Si, au contraire, vous avez besoin de quelqu’un de plutôt débrouillard qui sache prendre des initiatives rapidement, exprimez-le. Il est beaucoup plus facile de s’identifier et de se projeter dans une annonce qui nous ressemble !

Dans un troisième temps, posez-vous cette question : pourquoi j’aime ma clinique ? Vous pouvez même poser cette question à vos ASV et à vos autres collègues. Ensuite, utilisez ces réponses pour attirer. N’hésitez pas à faire des contenus d’annonce importants et détaillés. Les annonces en trois lignes avec des mots abrégés n’ont plus lieu d’être. Soyez lyrique, voire poétique. Soyez un ambassadeur de votre région, de votre département, des activités de loisir disponibles en dehors de la vie au travail.

Enfin, parlez argent ! S’il ne fait pas tout, quand vous avez le choix entre deux cliniques candidates, cela peut faire une différence. Et le salaire n’est pas l’unique donnée à prendre en compte, les avantages sociaux, la mutuelle santé d’entreprise, le treizième mois, les formations offertes ou payées, les avantages en nature, etc. Tous ces éléments peuvent participer à la décision finale de votre futur collègue.

Investissez dans vos annonces

Poster une annonce, cela a un coût. Dans le contexte de recrutement tendu, il apparaît indispensable de mettre toutes les chances de votre côté. Montrez à votre future recrue que vous voulez qu’elle vienne dans votre structure vétérinaire. Prenez des options sur les sites spécialisés. Augmentez votre potentiel de visibilité. Si vous postez votre annonce le lundi matin à 8 heures, il est très probable qu’elle se retrouve en page deux ou trois des annonces en moins d’une semaine (tout dépend de votre département).

Bien entendu, ce coût est non négligeable et vous pouvez d’ailleurs le répartir entre les différentes plateformes d’annonces. Rien ne vous oblige à prendre toutes les options, vous pouvez même faire des essais de résultats en fonction des options choisies.

Si vous en avez la possibilité, mettez le logo de votre entreprise pour être plus facilement reconnaissable. Cela facilitera la navigation lors de l’épluchage des annonces disponibles par le candidat et il sera plus facile de retrouver la vôtre.

Cette approche est plutôt à considérer comme un coup de pouce pour vous aider à mieux recruter et de façon plus efficace. Au moins votre annonce sera lue et, sans doute, plus appréciée.

  • 1. La Semaine vétérinaire n° 1931 du 08/02/2022
  • Laurent Lacouture est praticien à Saint-Satur dans le Cher et designer de logos via vetgrafik (vetgrafik.fr)
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr