Cardioversion électrique transveineuse : facteurs de succès et de récurrence - La Semaine Vétérinaire n° 1949 du 17/06/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1949 du 17/06/2022

Fibrillation atriale

FORMATION MIXTE

Auteur(s) :

D’après l’article d’Ingrid Vernemmen, Glenn Van Steenkiste, Alexander Dufourni, Annelies Decloedt, Gunther van Loon (2022) Transvenous electrical cardioversion of atrial fibrillation inhorses : Horse and procedural factors correlated with success and recurrence, J Vet Intern Med, 1 – 12.

La cardioversion électrique transveineuse est l’un des traitements principaux de la fibrillation atriale (FA) chez les chevaux. Elle est pratiquée en Europe à l’université de Gand en Belgique depuis 1998 (photo). En humaine, c’est une procédure de routine souvent plus efficace que les traitements pharmacologiques, le principe étant d’appliquer un choc électrique entre deux électrodes. Cela peut se faire par voie transcutanée. Néanmoins cela n’est pas possible chez le cheval ; les électrodes doivent être mises en place dans le cœur via des cathéters insérés dans la veine jugulaire droite.

Quels facteurs de succès ?

L’objectif de cette étude est de déterminer quels facteurs peuvent affecter le succès de la cardioversion et la récurrence post-traitement. Cette étude est rétrospective et reprend les données de cardioversion électrique pratiquées sur 199 chevaux admis pour fibrillation auriculaire sans anomalies sévères à l’échocardiographie. Deux cent trente et une procédures ont été incluses avec un taux de succès de 94,4 % et de récurrence de 31,9 % (51/160). La présence de régurgitation mitrale et la durée des cycles de FA étaient indépendantes du succès. Le type de cathéter utilisé, la présence d’épisodes de FA précédemment, une régurgitation tricuspide ainsi que le poids du cheval étaient significativement corrélés avec la quantité d’énergie cumulée administrée au cheval. Les facteurs de risque significatifs après un premier épisode de FA étaient le sexe, la présence d’une régurgitation mitrale et la durée de la FA. À noter chez certains chevaux, un traitement complémentaire avec de l’amiodarone pendant la cardioversion ou du solatolol en amont de la procédure, pour les équidés estimés avec un risque élevé de récurrence.

Au sein de cette étude, 231 chevaux ont été soumis à une cardioversion électrique. Le suivi pendant au moins une année après une cardioversion réussie après un premier épisode de FA était disponible pour 160 chevaux. Le taux de rechute dans cette étude était de 31,9 % (51 cas). Le temps pour une récurrence était de 99 jours (7 à 364 jours).

Sur ces 231 chevaux, 212 ont présenté un rythme sinusal immédiat, 7 ont présenté une rechute immédiate et 12 n’ont pas présenté de rythme sinusal (échec du traitement). Parmi les 212 chevaux ayant présenté un rythme sinusal immédiat, 100 n’ont pas présenté de rechute. Lorsqu’une rechute s’est produite, elle était soit précoce (n = 11), soit dans un délai supérieur à 3 jours et inférieure à 365 jours (n = 58), soit dans un délai supérieur à 365 jours (n = 21). Vingt-deux chevaux, n’ont pas été suivis.

Parmi les 11 chevaux ayant présenté une rechute précoce, 8 ont été soumis à une deuxième cardioversion électrique. Pour 6 d’entre eux, il y a eu présence d’un rythme sinusal immédiat. Et parmi ces 6 chevaux, 1 cheval n’a pas présenté de rechute, 2 chevaux ont présenté une rechute précoce et 3 chevaux ont présenté une rechute dans un délai supérieur à 3 jours et inférieur à 365 jours.

Risques de rechute

Les facteurs de risque d’une rechute sont les affections cardiaques sous-jacentes, comme les régurgitations mitrales et la dilatation de l’oreillette. Une fibrillation atriale de longue durée implique la présence d’un remodelage majeur structurel, contractile et électrique. C’est un facteur de rechute.

Les étalons ont présenté plus de rechutes que les juments et les hongres. Des hypothèses liées à l’effet protecteur des œstrogènes sur la fonction cardiaque chez la jument ont été avancées.

Conclusion

La cardioversion électrique intraveineuse est le traitement de choix pour une fibrillation auriculaire. Cette étude indique qu’il existe des facteurs pour le succès et la récurrence de la FA suite à une cardioversion. Il est important d’encourager la mise en place d’un traitement rapide pour évider les remodelages de l’oreillette et de savoir qu’il existe des facteurs de risque comme le sexe et durée de la FA pour le pronostic post-traitement.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr