Que vaut ma clinique ? - La Semaine Vétérinaire n° 1947 du 03/06/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1947 du 03/06/2022

Patrimoine

ENTREPRISE

Auteur(s) : Par Jacques Nadel

Il est important de connaître les méthodes d’évaluation des entreprises car un jour ou l’autre, le vétérinaire sera amené à vendre sa clinique ou ses titres de société.

Les nombreuses méthodes d’évaluation des entreprises peuvent être classées selon trois approches : celles qui s’attachent à estimer le prix des actifs (valeur patrimoniale), celles qui capitalisent les bénéfices pour établir une « valeur de rendement » (valeur par la rentabilité) et celles qui se basent sur la valeur de marché. « Cette méthodologie est commune à l’ensemble de la communauté financière », a expliqué Benoît Rasset, spécialisé dans les évaluations d’entreprises et audits d’acquisition du pôle conseil de KPMG Rouen, lors des 21es Journées européennes de Roissy organisées par l’Association vétérinaire équine française (Avef) en mars dernier.

La valeur de l’entreprise se dégage par la comparaison de ces trois approches. L’analyse des écarts entre les valeurs issues des trois méthodes permet d’observer le phénomène de création de valeur (méthode du « goodwill » ou « survaleur »).

La méthode patrimoniale, encore appelée méthode de l’actif net comptable corrigé, est favorable aux grosses structures qui ont dégagé beaucoup de rentabilité, mais qui correspondent souvent à la fin d’un modèle car il n’y a plus véritablement de perspective de rendement. La valeur patrimoniale repose sur une valeur mathématique, sur des actifs, eux-mêmes convenablement évalués, desquels il faut déduire le passif pour obtenir un actif net.

« Il est difficile d’évaluer les actifs incorporels par cette méthode, ici, c’est le bilan qui fait foi, elle ne fait que donner une vision historique du capital accumulé par l’entreprise, explique Benoît Rasset. Les actifs incorporels qui fondent l’avantage compétitif de l’entreprise ne sont pas (ou de manière imparfaite) intégrés et donc cette méthode ne traduit pas la préoccupation des investisseurs (groupes, réseaux…) axée sur les flux de trésorerie dégagés par l’entreprise. Elle permet cependant de procéder aux analyses financières et de rentabilité usuelles (sur quatre années pour avoir une bonne lecture des tendances). Elle est moins utilisée qu’autrefois. »

La méthode de la rentabilité vise à déterminer la valeur économique de l’entreprise par les flux de trésorerie (en produit-elle plus qu’elle n’en consomme ?). Elle évalue les flux à venir, c’est-à-dire la capacité de l’entreprise à générer un cash-flow (résultat de trésorerie disponible) et une rentabilité, aussi bien pour financer sa pérennité et son expansion que pour rémunérer ses apporteurs de capitaux (distribution de dividendes). Elle avantage les jeunes structures dynamiques qui ont un potentiel de développement.

« La méthode de marché suppose de disposer de statistiques sectorielles suffisantes pour qu’elles puissent être exploitables et que l’on puisse déterminer des échantillons d’entreprises comparables », souligne Sandra Crochemore de KPMG avocats.

La valeur ne fait pas le prix

Dans cet exercice d’évaluation multiple, il est essentiel de bien s’assurer de la fiabilité des informations comptables et financières (historiques et prévisionnels) servant de base à l’étude. L’évaluateur sollicité doit être proche du marché et bien que l’exercice soit technique, il faut aussi laisser une part d’appréciation au jugement professionnel. Enfin, l’évaluation est réalisée à un instant donné, elle a donc une date de péremption courte.

Il convient aussi de faire une distinction entre valeur (celle donnée par l’évaluateur) et prix (montant auquel une transaction peut être ou est réalisée). Il y a aussi la valeur stratégique, celle qu’un investisseur industriel est prêt à payer pour une entreprise. Elle prend en compte l’actualisation des flux de trésorerie disponibles et les gains dus aux synergies (fiscales, de financement, de coûts ou de croissance) résultant du rapprochement envisagé ou des espoirs d’amélioration de rentabilité future. Et dans un marché vétérinaire en pleine concentration, les écarts entre prix et valeurs sont importants.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr