La Semaine Vétérinaire n° 1947 du 03/06/2022

DOSSIER

Par Leïla Assaghir et Anne-Claire Gagnon

L’erreur et la faute médicale sont la bête noire des vétérinaires et de leurs équipes, qu’elles ou ils débutent dans le métier ou soient des praticien.ne.s aguerri.e.s. Pour éviter les accidents et sécuriser sa pratique, diagnostiquer les types d’erreurs aide à agir en profondeur sur l’ensemble des défaillances. Signaler une erreur n’est pas dénoncer, c’est proposer une prise de conscience et permettre d’améliorer la qualité du travail.

Lors d’une conférence sur le sujet de l’erreur et de la faute médicale au congrès de la British small animal veterinary association (BSAVA) en 2018, avec une cinquantaine de participants, tous responsables d’organismes professionnels et de structures vétérinaires, il n’avait fallu que 30 secondes à chacun.e pour coucher sur le papier leur pire erreur professionnelle (lire aussi La Semaine Vétérinaire n°1719 en page 13, article intitulé Apprendre de ses erreurs, un changement de culture majeur). C’est dire si elles nous marquent et si ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr