Nouveautés relatives au pyothorax chez le chien - La Semaine Vétérinaire n° 1946 du 27/05/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1946 du 27/05/2022

Médecine

FORMATION CANINE

Auteur(s) : Tarek Bouzouraa

Le pyothorax se définit par une infection localisée dans l’espace pleural. Sa cause est identifiée dans seulement 2 à 22 % des cas chez le chien, pour lesquels la cause la plus fréquente serait la migration d’un corps étranger végétal ou l’inoculation d’un germe via une plaie thoracique. Le pyothorax peut également survenir comme complication d’un acte opératoire tel qu’une thoracoscopie ou une thoracotomie (jusqu’à 6,5 % des cas). La prise en charge hospitalière requiert des soins intensifs associant antibiothérapie, placement de drain(s) thoracique(s), analgésie, fluidothérapie voire une exploration chirurgicale. Une étude1 résume les données épidémio-cliniques et tomodensitométriques relatives à la prise en charge du pyothorax chez le chien. Elle rapporte également la survie à court terme suite à l’hospitalisation.

Épidémiologie, typologie et durée des signes cliniques

L’étude consiste en l’analyse rétrospective des données recueillies de janvier 2010 à avril 2019. Les cas sont inclus uniquement si un diagnostic cytologique, histologique ou une culture bactériologique positive est disponible, chez des chiens ayant subi un examen tomodensitométrique thoracique dans les premières 48 heures suivant leur admission (avant et après injection de produit de contraste).

Après exclusion de 82 des 183 chiens initialement recrutés, un total de 101 chiens (23 du centre n° 1 et 78 du centre n° 2) est inclus (48 femelles et 53 mâles). Leur âge médian est de 44 mois (variant de 4 à 171 mois). La durée d’évolution des signes est connue chez 84 des 101 cas avec une médiane de 7 jours. Les données cliniques récoltées permettent d’évaluer la présence d’un syndrome de réponse inflammatoire systémique chez 86 des 101 chiens, avec 76 cas « positifs » sur 86 (88 %).

Anomalies tomodensitométriques

Les anomalies tomodensitométriques les plus fréquentes incluent un épanchement pleural chez 100 des 101 chiens, un épaississement pleural (85 des 101), un « pannus » inflammatoire et fibrotique (68 des 101) et un pneumothorax (62 des101). Parmi les 62 chiens pour lesquels un pneumothorax est mis en évidence, 40 sur 62 ont déjà subi le placement d’un drain thoracique, pouvant être la cause d’un pneumothorax iatrogénique. Chez les 22 restants, 8 sur 22 ont subi une thoracocentèse préalable, laissant également suspecter une origine iatrogène. La visualisation d’un corps étranger n’est rapportée que dans 8 cas.

Survie

Au total, 8 sur 101 cas ne présentent pas d’anomalie tomodensitométrique, tandis que 84 des 101 chiens présentent un maximum de 3 anomalies. La survie est respectivement de 50 % dans le premier et environ 80 % dans le second groupe. Les cas ne présentant pas d’anomalie tomodensitométrique sont majoritairement pris en charge médicalement (6 sur 8), tandis que les cas avec plusieurs anomalies subissent le plus souvent une exploration chirurgicale (63 sur 84).

Une survie pendant l’hospitalisation est observée dans 86 des 101 cas, dont 90 % des chiens pris en charge chirurgicalement (65 sur 72) et 72 % de ceux pris en charge médicalement (21 sur 29). La mortalité est d’environ 15 % (15 sur 101), dont 87 % (13 sur 15) sont décédés durant les deux premiers jours d’hospitalisation. Parmi les chiens pris en charge chirurgicalement, tous les décès sont survenus dans les 24 heures suivant l’acte opératoire. Tous les chiens décédés de l’étude (15 sur 101) présentent un syndrome de réponse inflammatoire systémique.

Il s’agit de la plus importante population étudiée de chiens avec un diagnostic de pyothorax. Elle rapporte des résultats récents, qui peuvent expliquer le faible taux de mortalité (15 %) et un meilleur taux de survie chez les chiens pris en charge chirurgicalement (90 %) plutôt que médicalement (72 %). Le choix de l’approche chirurgicale est principalement dicté par l’accumulation des lésions au scanner, ce qui souligne l’importance centrale de cette modalité diagnostique.

  • 1. Eiras-Diaz A, Frykfors von Hekkel A, Hanot E, et al. CT findings, management and short-term outcome of dogs with pyothorax : 101 cases (2010-2019). J Small Anim Pract. 2021 ; 62 (11) : 959-966.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr