Bravecto désormais indiqué contre la babésiose chez le chien - La Semaine Vétérinaire n° 1943 du 06/05/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1943 du 06/05/2022

Antiparasitaires

PHARMACIE

Auteur(s) : Michaella Igoho-Moradel

Bravecto comprimés voit son autorisation de mise sur le marché enrichie avec la réduction du risque d’infection par Babesia canis canis par transmission par la tique Dermacentor reticulatus jusqu’à 12 semaines.

MSD Santé animale a révélé lors d’une conférence de presse organisée le 19 avril dernier à Paris, une nouvelle indication pour son produit phare Bravecto comprimés. Huit ans après son lancement, l’antiparasitaire, sous forme de comprimés, devient le seul médicament pour chien sur prescription à réduire le risque d’infection par Babesia canis par transmission par Dermacentor reticulatus jusqu’à 12 semaines. Une protection assurée grâce à une action indirecte sur le vecteur. Une avancée qui permet au laboratoire de confirmer l’efficacité du fluralaner, la seule isoxazoline autorisée pour trois espèces (chien, chat et poule pondeuse).

La babésiose canine est une maladie bien connue des praticiens. Le résumé des caractéristiques du produit (RCP) du Bravecto comprimés vise désormais cette maladie avec une nouvelle indication, la réduction du risque d’infection par Babesia canis canis par transmission par Dermacentor reticulatus jusqu’à 12 semaines. Le produit agit sur les tiques dans les 12 heures après administration quand la transmission de Babesia survient de 24 à 48 h après le début du repas de sang. Cet ajout a été objectivé par une étude menée en 2015, versée dans le dossier d’autorisation de mise sur le marché (AMM). Ses résultats confirment et renforcent l’efficacité de Bravecto comprimés. Une occasion aussi pour le laboratoire de rassurer, avec huit ans de recul, sur l’innocuité de son produit qui a fait l’objet, comme d’autres antiparasitaires, d’un bashing sur les réseaux sociaux. MSD Santé animale rappelle qu’à ce jour aucune résistance parasitaire n’a été identifiée en ce qui concerne le fluralaner. Depuis la commercialisation de Bravecto, aucune contre-indication n’a été ajoutée dans le RCP.

À ce jour, la seule contre-indication concerne les animaux hypersensibles à la substance active ou à l’un des excipients. Avec 200 millions de doses vendues dans le monde, dont 20 millions en France, depuis son lancement, le laboratoire indique en effet avoir assez de recul sur l’efficacité de son produit. « Nous confirmons que le fluranaler est bien toléré jusqu’à 5 fois la dose. Et le produit peut être utilisé dès le plus jeune âge, chez la chienne gestante et également chez les populations sensibles » a indiqué Céline Hubinois, directrice technique animaux de compagnie. En médecine vétérinaire, outre le fait que fluralaner est la seule isoxazoline autorisée pour le chien, le chat et poule pondeuse, elle bénéficie aussi d’une évaluation environnementale complète de phase I et de phase II pour son utilisation chez les poules pondeuses.

MSD Santé animale, un acteur engagé dans la RSE

MSD Santé animale poursuit son implication dans la démarche responsabilité sociétale des entreprises (RSE) avec des objectifs « ambitieux » pour 2024. Le laboratoire a créé un groupe de travail afin de recenser les actions déjà menées dans l’entreprise et communiquer avec toutes les parties prenantes, dont les vétérinaires. Concrètement, en 2021 la production de Bravecto® Plus, Bravecto® spot-on chats et Bravecto® spot-on chiens, a été relocalisée à Igoville (Eure). La boîte de Bravecto (un comprimé) est passée de 15 à 12 cm, réduisant ainsi de 25 % l’impact du transport et du stockage. Le laboratoire travaille également avec des partenaires locaux engagés dans une démarche durable.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr