La Semaine Vétérinaire n° 1939 du 08/04/2022

DOSSIER

Lorenza Richard

La désertification vétérinaire des territoires ruraux, notamment la pénurie de vétérinaires sanitaires, pose des questions en matière de surveillance des maladies animales et de réactivité en cas de crise. Les missions liées à l’habilitation sanitaire ou au mandatement vont-elles évoluer, ou pourraient-elles être ouvertes à d’autres organismes ? Quelles mesures sont envisagées pour faire face à ce problème ?

La question de l’ouverture, ou du mandatement, des missions liées à l’habilitation sanitaire à d’autres organismes, notamment en cas de crise sanitaire, « ne peut être ignorée, même si la loi permet à titre exceptionnel, en cas de crise sanitaire grave ou de situation particulière, de recourir à l’intervention d’autres personnes que les seuls vétérinaires sanitaires », déclare Jacques Guérin, président du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires. Notamment, « les organismes à vocation sanitaire (OVS) peuvent être mandatés pour la gestion de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr