Inauguration de Balto, un camion de médecine vétérinaire solidaire - La Semaine Vétérinaire n° 1938 du 29/03/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1938 du 29/03/2022

ANALYSE GENERALE

Auteur(s) : Par Lorenza Richard

Balto prend en compte le binôme constitué par la personne sans-abri et son animal de compagnie, en apportant des soins à l’animal et en aidant son propriétaire à se réinsérer.

Aller à la rencontre des personnes sans-abri pour apporter des soins à leurs animaux de compagnie et retisser du lien social, tels sont les objectifs du camion Balto présentés par Ana Alkan, étudiante de 4e année à VetAgro Sup à l’origine du projet, le 23 mars dernier à Lyon. « Balto est un projet décloisonnant et innovant », a déclaré Alain Mérieux, président de l’Entreprise des Possibles1, qui a financé l’aménagement et l’équipement de ce premier camion de médecine vétérinaire de la région Auvergne Rhône-Alpes2. Constatant que « l’homme à la rue n’est pas seul lorsqu’il a un chien, et est plus proche de la réadaptation que d’autres », il a salué le projet, qui répond à la prise en charge du binôme formé par la personne sans-abri et son compagnon animal, sans le scinder. L’animal, qui apporte de la stabilité émotionnelle aux personnes sans-abri, peut en effet constituer également un élément d’exclusion sociale, car l’accès à certains foyers leur est refusé.

L’idée de créer Balto est née au Dispensaire vétérinaire étudiant (DVE) du campus vétérinaire de VetAgro Sup, qui apporte des soins aux animaux des personnes sans-abri, et auquel Ana Alkan participait. Elle a pu y constater que le chien des personnes sans-abri est parfois leur seule raison de pousser la porte d’un foyer, afin de le nourrir. Or, « pousser cette porte est la première étape de la réinsertion », a-t-elle déclaré. Toutefois, « certaines personnes n’osent pas pousser cette porte, d’où l’idée d’aller à leur rencontre, grâce au camion. » Ce rêve a désormais pris forme. L’équipe de Balto est constituée d’étudiants vétérinaires et d’un professeur de VetAgro Sup, qui prodiguent des soins de première intention et de médecine préventive vétérinaire aux animaux, et d’un travailleur social, qui aide leurs propriétaires à effectuer des démarches de réinsertion.

Jeanne-Marie Bonnet-Garin, directrice générale adjointe de VetAgro Sup, a rappelé que Balto est la deuxième initiative étudiante après la naissance du DVE en 2008, portant ce projet encore plus loin. Ces deux projets concourent aux missions de santé publique vétérinaire, dans l’esprit « d’une seule santé ». Pour Laurent Perrin, président du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral, qui soutient l’initiative, Balto permet un exercice d’enseignement original et unique, qui sensibilise au rôle sociétal des vétérinaires et concerne la santé et le bien-être des animaux et des hommes.

« Balto est comme un puzzle que nous avons assemblé petit à petit, et nous allons continuer à le faire grandir », a conclu Ana Alkan.

Pourquoi Balto ?

Le nom de ce camion, qui a pour vocation d’apporter des soins aux personnes isolées, a été donné en référence au chien de tête Balto et son musher, qui ont apporté, avec d’autres, des sérums jusqu’à une ville isolée d’Alaska lors d’une épidémie de diphtérie en 1925.

  • 1. Collectif d’entreprises mobilisées pour l’aide des sans-abri dans la Métropole lyonnaise depuis 2019.
  • 2. Le projet Balto bénéficie également du soutien, notamment, de la Métropole de Lyon, de la Fondation Vinci, de Boehringer Ingelheim, de la Fondation Monoprix, de SantéVet et de Vétérinaires pour tous
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr