Vétérinaires Pour Tous s’engage pour les animaux réfugiés d’Ukraine - La Semaine Vétérinaire n° 1937 du 22/03/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1937 du 22/03/2022

Solidarité

ANALYSE CANINE

Auteur(s) : PAR CHANTAL BÉRAUD

En France, les soins vétérinaires que les réfugiés ukrainiens auront à prodiguer à leurs animaux de compagnie seront pris en charge, notamment par Vétérinaires Pour Tous (VPT) 1.

Voici une excellente nouvelle pour les réfugiés ukrainiens et leurs animaux de compagnie, comme en informe Christophe Buhot, administrateur du Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL), également directeur administratif de Vétérinaires pour tous, qui compte 360 structures vétérinaires adhérentes. « La Direction générale de l’alimentation (DGAL) nous a informés que les fonds alloués à VPT en 2021 dans le cadre du plan de relance (4,5 millions d’euros) pourront servir à assurer la surveillance et le suivi sanitaire vétérinaire des animaux de compagnie des réfugiés ukrainiens, quelles que soient leurs conditions de ressource ». Cette décision étatique a été prise à la demande conjointe du Conseil national de l’Ordre vétérinaire (CNOV), de l’Agence française des vétérinaires pour animaux de compagnie (AFVAC) et du SNVEL, les trois organismes fondateurs de VPT.

Ces soins pourront consister en leur mise sous surveillance contre la rage (voir témoignage) mais également leur identification avec une puce électronique, la réalisation d’un schéma vaccinal complet (rage et autres vaccins classiquement administrés), la délivrance du passeport européen, la stérilisation, les soins antiparasitaires ainsi que des soins préventifs et curatifs jusqu’à un an après leur arrivée en France. Chiens, chats et furets sont concernés.

Pour rappel, VPT fonctionne via un mécanisme de prise en charge tripartite avec l’association, le propriétaire et le praticien qui paient respectivement 33 % des soins. Le vétérinaire abandonne donc un tiers de ses honoraires. Dans le cadre de cette situation exceptionnelle, VPT et la Fondation Brigitte Bardot2, avec le soutien du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, se sont associés pour permettre aux réfugiés de n’avoir aucun frais à acquitter pour les soins et le suivi prodigués à leurs animaux.

EMMANUELLE DE LA NOUE

Praticienne à Asnières, secrétaire générale de VPT Île-de-France

EmmanuelledelaNoue.CreditDR002.jpeg

Cette excellente nouvelle motivera, j’espère, beaucoup de mes confrères à adhérer à leur association VPT régionale ! J’ai déjà reçu à la clinique deux chiens en provenance d’Ukraine, l’un vacciné contre la rage mais non identifié, l’autre non vacciné. J’ai contacté les DDPP du 75 et du 92, qui m’ont confirmé que le suivi sanitaire ne pouvait pas être « allégé », même pour des réfugiés, afin que la France garde son statut de territoire « indemne de rage ». Cela implique donc une première visite à T0 avec identification, puis à T0 + 30 jours, + 60 jours, + 90 jours et + 180 jours, date à laquelle l’animal sera à vacciner contre la rage. Ces frais pourront être pris en charge grâce à VPT, dès lors que les propriétaires ont le statut de réfugiés. Ce qui assurera par ailleurs une bien meilleure observance de ces contraintes sanitaires…

Démarches pour la prise en charge d’un animal

La procédure à suivre pour le suivi des animaux de réfugiés ukrainiens est expliquée par Estelle Prietz-Ducasse, membre du CNOV, responsable de la commission protection animale, sur le site lepointveterinaire.fr1. « C’est une opportunité unique de pouvoir faire une action solidaire mais également de santé publique », souligne-t-elle.

1.https://www.lepointveterinaire.fr/actualites/actualites-professionnelles/veterinaires-pour-tous-vpt-aide-les-animaux-des-refugies-ukrainiens.html

Des tests antirabiques gratuits

Iddex offre des tests d’anticorps antirabiques gratuits pour les animaux de compagnie ukrainiens dans toute l’Europe jusqu’au 31 mars (et peut-être plus tard)*.

* https://software.idexx.co.uk/free-rabies-antibody-test-for-ukrainian-pets/

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr