La Semaine Vétérinaire n° 1937 du 22/03/2022

Gestion

ENTREPRISE

Par Jacques Nadel

Une erreur ou une omission de son expert-comptable peut parfois coûter cher à l’entreprise. Sa responsabilité peut être engagée si elle entre dans le cadre de ses prestations fixées dans la lettre de mission.

Dans la gestion d’une clinique, l’expert-comptable doit être un véritable conseil du vétérinaire dirigeant, s’impliquant dans la vie de l’entreprise de son client. Mais cette personne de confiance n’est pas infaillible et peut commettre des erreurs ou faire des omissions, comme cela a été le cas dans une affaire jugée récemment.Une société exploitant un restaurant, estimant ne pas avoir été informée par son expert-comptable de l’existence d’aides à l’embauche et en avoir été privée par sa faute, engage sa responsabilité ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr