La Semaine Vétérinaire n° 1934 du 01/03/2022

Néphrologie

FORMATION CANINE

Tarek Bouzouraa

Lors de néphropathie, une protéinurie est plus fréquemment rencontrée chez le chien que chez le chat, en lien avec une pathogénie différente entre les deux espèces. En effet, chez le chat, les atteintes tubulaires et interstitielles sont quasiment toujours rencontrées de manière exclusive, tandis que, chez le chien, une large proportion d’atteintes glomérulaires sont signalées. Lorsqu’elle est présente, la protéinurie endommage l’appareil tubulaire et contribue à la progression de toute néphropathie ainsi qu’à l’activation du système rénine-angiotensine-aldostérone (SRAA). Ces observations ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr