La Semaine Vétérinaire n° 1929 du 25/01/2022

Péritonite infectieuse féline

ANALYSE CANINE

Par Anne-Claire Gagnon

Est-il bien raisonnable en 2022 de s’interdire de guérir un patient félin ? C’est à cette frustrante et désagréable situation que sont conduits les vétérinaires français lorsqu’ils diagnostiquent une péritonite infectieuse féline (PIF) chez un chat. Pourtant, d’autres pays ont déjà sauté le pas et autorisé l'usage du remdésivir ou du GS-441524, sa prodrogue, dont les études montrent l'efficacité.

Le premier épisode confirmé de péritonite infectieuse féline (PIF) a été rapporté en 1963 par Jean Holzworth, aux États-Unis, considérée comme la maman de la médecine féline. Depuis, tous les grands virologues vétérinaires, de Fred Scott à Niels Pedersen, en passant par Marian Horzinek et Diane Addie, se sont penchés sur ce coronavirus qui peut être banal ou mortel. Si l’analyse génomique a permis de mieux comprendre sa pathogénie au point de développer des candidats vaccins (dont aucun n’a été ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr