MARC HELFRE NOUS A QUITTÉS - La Semaine Vétérinaire n° 1928 du 18/01/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1928 du 18/01/2022

HOMMAGE

COMMUNAUTE VETO

Comme beaucoup de confrères de la région Rhône–Alpes, j’ai été très affecté par le décès de Marc Helfre survenu le 26 décembre 2021. C’était un véritable ami. Grâce à sa grande volonté, son courage et son optimisme, il avait réussi à traverser plusieurs graves problèmes de santé ; beaucoup étaient persuadés qu’il gagnerait encore une fois.

Marc Helfre est né le 13 septembre 1938 à Saint–Galmier (Loire). Il était fils et petit–fils de vétérinaires. En 1960, il sort de l’École de Lyon (deuxième de sa promotion) et fait son service militaire, dont 14 mois passés en Algérie. En 1962, il s’installe à Saint–Galmier, avec son père Félix, en clientèle rurale à dominance vaches laitières, ensuite associé avec son frère Jean-André jusqu’en 1980. Il est dés le début très actif dans les instances professionnelles, avec quelques confrères, notamment Paul Delafolie. En 1968, il invente les GTV. Il est créateur et premier président du GTV de la Loire et cela pendant 12 ans. À l’époque, les GTV étaient des structures départementales.

En 1972, à côté de Paul Delafolie, il est vice–président de la première SNGTV (Section nationale des groupements techniques vétérinaires, section du SNVPF, Syndicat national des vétérinaires praticiens français). En même temps, il est membre du conseil d’administration du SNVPF jusqu’en 1980. Ensuite, il m’incite à me présenter aux élections du CA de la SNGTV. En 1975, il crée le GTV régional de Lyon, déjà appelé GTV Rhône-Alpes, mais seulement quelques départements y adhèrent. La première grande action fut la mise en place, en 1981, avec l’aide de Daniel Laurent, d’un plan de lutte contre l’infécondité, en mettant à disposition des confrères des outils d’intervention et de sensibilisation des éleveurs. Il en assure une grande promotion, en particulier dans les instances professionnelles de l’élevage ; un plan mammite suivra, je lui avais apporté mon aide. Il m’avait incité en 1981, avec le président de la SNGTV Jean Leplatre, à devenir membre de la commission mammites de la SNGTV. Cela a été le début de ma grande épopée dans les GTV.

Au sein du GTV, nous avons tout de suite apprécié sa façon de travailler : sa confiance envers autrui et son aptitude à déléguer. Les échanges étaient toujours empreints de gentillesse et de générosité. En 1976, Covely (devenue Alcyon bien plus tard) est créée ; il en devient le PDG à plein temps à partir de 1980. Il est alors connu par de nombreux confrères qui ont immédiatement compris ses qualités d’homme tourné vers l’avenir, précurseur, ayant toujours comme objectif d’apporter son aide à notre exercice professionnel. Avec l’aide de Covely, il a permis au GTV de faire énormément d’innovations. Par exemple, à la fin des années 80, avec Daniel Laurent et l’utilisation du Minitel, ils ont créé le premier réseau d’épidémiologie animale.

Puis avec l’informatique, il a été un des premiers à proposer de nombreux outils ayant comme objectif de développer nos activités professionnelles. J’ai siégé avec lui au conseil d’administration de la NIPPA puis de la STIV. En 1989, avec l’aide de ses confrères Bruno Coche et Pierre Brouillet, il restructure le GTV régional Rhône–Alpes ; son siège est à Covely, les huit départements de la région sont ainsi regroupés. Il en a été le premier président. Ensuite, comme président honoraire, et pendant de nombreuses années, il est resté très actif au bureau du CA lorsque je lui ai succédé.

Il avait une très grande aptitude à animer les réunions, il permettait aux autres de s’exprimer avec sympathie et bienveillance, même s’ils n’étaient pas du même avis. Il aimait le contradictoire. Il savait remplir de vétos les salles de réunion à Genay puis aux Échets. Il aimait les échanges. Combien d’heures avons–nous passé dans son bureau, souvent très tard ? Avec nos partenaires, son opiniâtreté et sa fidélité à ses principes ont toujours permis d’arriver à une solution acceptable. Ce fut le cas dans les échanges parfois mouvementés avec les organisations agricoles de la région : chambres d’agriculture, syndicats agricoles, GIE Lait Viande, Centre d’éco-pathologie ou GDS.

Alors que j’étais membre du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires, avec notre ami Paul Chambon, qui avait fait un mémoire sur le médicament vétérinaire, nous avions organisé un certain nombre d’événements autour du médicament vétérinaire : réunion d’information avec les médecins et pharmaciens, conférences de presse dans le cadre de l’UVRA (Union vétérinaire Rhône–Alpes). Il avait été très actif pour l’implication de Covely dans notre structure.

Malgré son activité très chargée, il avait à cœur de donner de son temps à des activités bénévoles. Ainsi, ensemble, dans le cadre de Ceveo, nous avons fait de nombreux voyages à l’étranger. Je me rappelle surtout de la Tunisie, de la Pologne, du Kirghizistan et bien sûr du Vietnam. Il a été un formidable compagnon de voyage avec toujours un grand esprit de curiosité et plein d’humour.

De 1999 à 2002, il est directeur du développement de Alcyon et de 2002 à 2006, administrateur de l’ENVL. Il avait pris sa retraite en 2003. Je continuais à le rencontrer et à lui téléphoner régulièrement. Il a aussi été le président du GNVR (Groupement national des vétérinaires retraités) de 2012 à 2015, géré toujours avec les mêmes principes. Il a organisé de nombreux regroupements dans notre région, ce qui nous permettait, avec plaisir, de retrouver nos confrères retraités.

Je n’ai évoqué ici que quelques–unes des qualités de Marc Helfre. Il a été un véritable ami. J’ai été fière de côtoyer un homme d’une grande confraternité, gentil, distingué et cultivé. Je garderai de lui un inoubliable souvenir. Il a été un grand serviteur de la profession.

Je ne peux que remercier Marc.

Pierre Brouillet

Marc a beaucoup servi le Groupe national des vétérinaires retraités (GNVR). Président de 2012 à 2015, il a consacré énormément de temps et d’énergie à son animation. C’est lors de rencontres conviviales nationales que j’ai pu faire plus amplement connaissance avec lui. Très courtois, agissant selon notre devise, "Amitié, dynamisme et solidarité", il remarquait immédiatement, en tant que dirigeant, les confrères qui pouvaient aider le GNVR.

Au troisième trimestre 2020, en tant que doyen du Bureau directeur, il a pris en charge l’élection du nouveau président. J’ai été marqué par sa maîtrise et son application scrupuleuse des statuts. Pendant plusieurs mois, il m’a régulièrement contacté pour me conseiller. Qu’il en soit fortement remercié.

Depuis plusieurs mois, il ne pouvait plus assister aux visioconférences du Bureau directeur. Il a combattu cette terrible maladie avec courage.

Je tiens vivement à adresser mes sincères condoléances à son épouse Michèle et à ses trois enfants.

Marc Veron, président du GNVR, président honoraire du GTV Rhône–Alpes et de l’UVRA, membre honoraire du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires

Marc Helfre était un homme de talent, généreux, engagé dans sa profession et au service de sa profession, au niveau national et international. Son parcours digne d'éloges en témoigne et mérite le respect. Ses qualités humaines et professionnelles sont reconnues par tous ceux qui l’ont côtoyé. Grâce à lui, accompagné de quelques autres pionniers, la Section nationale des groupements techniques vétérinaires a vu le jour, devenue ensuite Société, dédiée aux vétérinaires exerçant dans les productions animales.

Nos pensées vont vers son épouse et ses enfants. Il reste en nos mémoires.

Christophe Brard, président de la SNGTV

La disparition de notre confrère Marc Helfre nous a tous très affectés. C’était un homme « bon », généreux, comme on n’en rencontre pas très souvent et qui vous élève par sa présence. Premier président fondateur de la coopérative lyonnaise Covely, devenue Alcyon, il m’a toujours réservé un accueil bienveillant du temps où j’étais moi-même président de la section Rhône–Alpes de la CNVSPA (AFVAC actuelle), puis il s’est  impliqué, avec Ceveo, dans une coopération, entre autres, avec l’Ukraine, où j’ai eu le plaisir de le rejoindre. Des liens forts ont été tissés avec les confrères ukrainiens et avec notre fidèle et très efficace interprète Ludmila Stepura, très attristée elle aussi par cette disparition. Au-delà de la profession, Marc Helfre savait lier des liens d’amitié sincère et de complicité avec son entourage. Alors oui Marc, nous n’oublierons pas ton dévouement, ton écoute, ton élégante discrétion, ta gentillesse.

Gérard Lennoz

Il avait un talent remarquable doublé d’une grande simplicité pour les échanges et la formation permanente des vétérinaires. En France, il a beaucoup participé à l’enseignement notamment à l’École vétérinaire de Lyon, dont il a été longtemps un membre actif du Conseil d’administration. Le soutien de Covely puis d’Alcyon à des manifestations scientifiques, pédagogiques ou sportives était sans faille. Sur le plan international, il a participé très activement à développer et animer des réseaux  vétérinaires, notamment dans l’Est (Ceveo Coopération Échanges Vétérinaires Est Ouest) et le Sud (Vétérinaires Sans Frontières, Méditerranée Vétérinaire).

Nous avons partagé bien des expériences très enrichissantes grâce à ses qualités humaines et professionnelles.  

Gérard Keck, professeur de pharmacie honoraire à l’ENVL

Marc Helfre est de ces confrères qui m’ont marqué dès le premier instant de la première rencontre. Sa courtoisie mais surtout sa fondamentale bienveillance et sa profonde attention aux autres, notamment à ceux qui pouvaient ne pas partager son point de vue, doublées d’une grande intégrité, avaient fait de lui un sage entièrement dévoué et fidèle à notre profession. Si je devais le résumer d’un seul mot, je dirais qu’il fut la représentation incarnée et parfaite du concept de confraternité.

À son épouse et à tous les siens, j’adresse l’expression de mes condoléances.

Michel Baussier, président d’honneur du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr