La voie des classes prépa en perte de vitesse - La Semaine Vétérinaire n° 1928 du 18/01/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1928 du 18/01/2022

Concours vétérinaire

ANALYSE GENERALE

Auteur(s) : Tanit Halfon

Avec le recrutement post-bac, le nombre de places offertes au concours par la voie de la classe préparatoire BCPST diminue. Une tendance qui pourrait aller en s’accentuant. 

Les voies d’admission au concours vétérinaire ont été largement remaniées d’année en année. Avec le nouveau concours post-bac, l’accès aux écoles nationales vétérinaires se fait désormais par sept voies : A, A-TB, B, C, D, E et la voie post-bac. Cette dernière redistribue les cartes dans la répartition des places offertes au concours. Avant le post-bac, la voie A de la classe préparatoire générale1 offrait le plus de places, même si elle avait perdu progressivement du poids : en 2005, elle représentait environ 80 % des places offertes au concours, contre 74 % en 2018, et 71 % en 2021. Des places perdues au profit de la voie C qui concerne notamment les BTS agricoles et donc théoriquement des étudiants qui iront plus facilement exercer en élevage, contribuant au maillage vétérinaire en zone rurale. Un changement de taille s’opère à partir de la session 2022 : désormais, seulement près de 50 % des places offertes au concours sont réservées à la voie A, contre 25 % pour la voie du post-bac (40 étudiants par promotion). À partir de la rentrée 2022, un quart des étudiants d'une promotion vétérinaire seront donc issus de la voie post-bac.

En parallèle de cette nouvelle répartition, il faut rappeler la hausse du numerus clausus : en 2010, 468 places étaient offertes pour le concours vétérinaire ; en 2018, 611 ; en 2022, 668. Cette hausse va théoriquement se poursuivre : en effet, le ministre de l’Agriculture a annoncé un plan de renforcement des écoles. Son objectif : arriver à des promotions de 200 étudiants sous 10 ans, contre environ 160 étudiants actuellement. Dans ces promotions élargies, il est annoncé que les étudiants du post-bac représenteront un peu plus d’un tiers d’une promotion, soit 80 par promo, au lieu d’un quart. En théorie donc, le nombre de places offertes par la voie post-bac serait doublé passant de 160 à 320. Reste à voir ce que le ministère décide pour la répartition des places restantes, mais au vu des tendances de ces dernières années, l'hypothèse d'une poursuite de la baisse des places offertes via la voie A n'est pas improbable. Dans cette optique, un peu moins de 40% des places offertes au concours vétérinaire resteraient alors réservées à la voie de la classe prépa. 

Un nouveau parcours de formation

Cette nouvelle voie post-bac réorganise aussi le parcours de formation. Jusqu’à présent, les étudiants vétérinaires recrutés par concours suivaient tous cinq années d’études en ENV. Dorénavant, il faut revoir son vocabulaire :

- La première année d’études vétérinaires est suivie par les étudiants issus du concours post-bac. Elle est donc commune aux quatre écoles vétérinaires. On parle de l’année PACENV pour « Première année commune aux écoles nationales vétérinaires » ;

- La deuxième année d’études vétérinaires, dite A2, est l’année où les étudiants du post-bac, ayant intégré l’année précédente les ENV, seront rejoints par les étudiants issus des autres voies de concours. C’est donc à partir de la A2 qu’on aura une promotion complète ;

- Les troisième, quatrième et cinquième années d’études vétérinaires, dites A3, A4 et A5, constituent, avec la A2, le tronc commun des études vétérinaires. La A5 est une année consacrée majoritairement à la clinique à l’issue de laquelle les étudiants passeront le diplôme d’études fondamentales vétérinaires (DEFV) ;

- La sixième année, dite A6, est une année d’approfondissement dans les domaines suivants : animaux de production, animaux de compagnie, équine, santé publique vétérinaire, recherche, industrie. Elle est santionnée par la thèse d'exercice vétérinaire.

Au final, les étudiants du post-bac suivent donc six années d’études en école vétérinaire. Les autres étudiants suivent, quant à eux, cinq années d’études en école.

  • 1. La classe préparatoire "véto" sur un an n’existe plus depuis 2004. Elle a été remplacée par la classe préparatoire BCPST (biologie, chimie, physique et sciences de la terre) qui dure deux ans
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr