La Semaine Vétérinaire n° 1928 du 18/01/2022

Droit

ENTREPRISE

Par Céline Peccavy

Proposer et négocier en sachant que rien ne sera divulgué donne aux parties une tranquillité d’esprit et une liberté indispensables si l’on veut se donner toutes les chances de parvenir à un accord. La confidentialité est gage de sérénité dans les échanges amiables. Mais est-elle toujours de mise ? Petit tour d’horizon.

Lorsque deux parties s’affrontent juridiquement voire judiciairement, elles sont le plus souvent représentées chacune par un avocat. Ce sont alors ces deux professionnels qui vont échanger entre eux. Par principe, de telles correspondances sont couvertes par le secret professionnel et donc par une confidentialité absolue. Si absolue que l’avocat ne peut même pas les communiquer à son propre client (il pourra seulement lui en indiquer la teneur). En revanche, il n’en est pas de même lorsqu’un avocat écrit à la ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr