Virus respiratoire syncytial bovin : vers un nouveau vaccin unidose ? - La Semaine Vétérinaire n° 1927 du 11/01/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1927 du 11/01/2022

FORMATION MIXTE

Auteur(s) : Karim ADJOU

Le virus respiratoire syncytial bovin (VRSB) (virus à ARN monocaténaire, appartenant à la famille des Paramyxoviridae, genre Pneumovirus) est un agent pathogène qui sévit en hiver et qui touche principalement les jeunes bovins dès la naissance ou lors de la mise en lot en atelier d’engraissement. Ce virus est très proche du virus respiratoire syncytial humain à l’origine de la bronchiolite du nourrisson. L’infection par le VRSB, composante importante des bronchopneumonies infectieuses enzootiques (BPIE) des bovins, est responsable de troubles respiratoires plus ou moins sévères (toux, jetage, essouflement, hyperthermie (40-41°C)) par obstruction des voies aériennes pulmonaires. Chez les jeunes bovins (< 1 an et demi), la mortalité est rapide et le virus peut être à l’origine d’un syndrome de détresse respiratoire aiguë (SDRA), avec emphysème pulmonaire. 

À l’examen nécropsique, on observe des lésions de pneumonie broncho-interstitielle aiguë d’extension marquée. Les lobes pulmonaires crânio-ventraux présentent une induration modérée, une coloration rouge à gris violine. À la coupe, leur aspect est luisant et du mucopus est observé dans les bronches à la pression. La présence d'emphysème pulmonaire est fréquente mais non systématique : celui-ci est alors surtout présent dans les lobes caudaux, même si une atteinte des lobes crâniaux est parfois décrite. L’emphysème est essentiellement dû à l’obstruction des bronchioles. Actuellement, pour prévenir l'apparition de la maladie en élevage, des vaccins contre le VRSB sont commercialisés mais ils n’offrent qu’une protection incomplète, selon le conférencier. En effet, ces derniers empêchent les veaux de développer les symptômes de la maladie, mais ils sont peu efficaces contre la circulation virale. Comme le note Karim Adjou, le principal obstacle à l'efficacité totale du vaccin est la présence chez le veau à la naissance d'anticorps contre le VRSB qui interfèrent avec le vaccin.

Cependant, un nouveau candidat vaccinal a été mis au point par l’équipe de Sabine Riffault (Unité virologie et immunologie moléculaires (VIM), Jouy-en Josas) à l’Institut national de la recherche agronomique et de l'environnement (INRAE). "Ce vaccin semble avoir de nombreux avantages par rapport aux vaccins existants : il est efficace en une seule injection, même chez des veaux qui ont des anticorps d’origine maternelle contre le VRSB, il protège contre les symptômes de la maladie (fièvre, manque ou perte d’appétit, problèmes respiratoires) en prévenant l’apparition des lésions pulmonaires et il bloque la réplication du virus" indique Karim Adjou. Pour le mettre au point, l'équipe de l’unité VIM s’est fondée sur une technologie développée aux États-Unis. Les chercheurs américains ont utilisé une protéine virale, la protéine de fusion F, située à la surface du virus qui est la cible des anticorps capables de neutraliser le VRSB. Après un essai vaccinal, ils ont pu conclure que la vaccination, en une seule fois avec un adjuvant vétérinaire classique, est suffisante pour protéger efficacement les veaux. Et les résultats de ces travaux pourraient être extrapolables à l'homme, chez qui aucun vaccin n’est encore disponible, pour développer un vaccin contre la bronchiolite du nourrisson (virus respiratoire syncytial humain).

  • 1 « A single shot pre-fusion-stabilized Bovine RSV F Vaccine is Safe and Effective in Newborn Calves with Maternally Derived Antibodies» dans Vaccines (DOI: 10.3390/vaccines8020231)
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr