Cessation d’activité rurale après rachat par des groupes : explications - La Semaine Vétérinaire n° 1927 du 11/01/2022
La Semaine Vétérinaire n° 1927 du 11/01/2022

Entretien avec Christophe Hugnet (vétérinaire, membre du conseil régional de l’Ordre d’Auvergne-Rhône-Alpes)

ANALYSE MIXTE

Lorenza Richard

L’arrêt de l’activité rurale de deux structures vétérinaires en Ardèche après leur rachat par un groupe a suscité de nombreuses inquiétudes dans la profession. Ce fait a été observé dans plusieurs régions. Si le rachat n'est pas la cause de ces cessations d'activité, il amplifie le phénomène, lié en premier lieu à un problème de recrutement. Christophe Hugnet, membre du conseil régional de l’Ordre d’Auvergne-Rhône-Alpes, nous aide à faire le point sur ce phénomène et les enjeux qu’il soulève.

Les structures qui cessent leur activité rurale à la suite de leur rachat par un groupe le font-elles sous la pression de ce groupe ?Les groupes ne sont pas la cause de la cessation d’activité rurale, car ils maintiennent la pratique mixte des structures qu’ils rachètent dès lors qu’elle est rentable, dans des zones où elle est encore conséquente, et qu’il reste suffisamment de vétérinaires après le rachat pour la faire tourner. Cependant, ce n’est pas la majorité. Dans de nombreuses ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr