La Semaine Vétérinaire n° 1915 du 08/10/2021

Covid-19

PHARMACIE

Par Céline Gaillard-Lardy

Les États-Unis font face à une augmentation préoccupante des cas d’intoxication humaine à l’ivermectine, malgré les mises en garde de l’OMS et de la FDA. Une équipe de chercheurs vient de révéler dans la revue Nature Medicine que la plupart des études montrant un bénéfice de cette molécule ont été biaisées.

Petit rappel des faits : plusieurs études avaient soulevé la possibilité d’une action favorable de l’ivermectine dans le traitement du Covid-19. Parmi celles-ci, une étude de l’institut Pasteur, menée sur un modèle de souris, montrait que l’ivermectine, en tant que modulateur du récepteur nicotinique de l’acétylcholine, pourrait diminuer l’inflammation au niveau des voies respiratoires et réduire le risque de perte d’odorat, sans action sur la réplication virale.Une utilisation hors recommandationForts de ces résultats préliminaires, l’intérêt pour cette molécule a grandi. Deux ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr