L'Envolée - La Semaine Vétérinaire n° 1914 du 01/10/2021
La Semaine Vétérinaire n° 1914 du 01/10/2021

EDITO

Auteur(s) : Valentine Chamard

Biopsies liquides, tests génétiques, molécules anticancéreuses développées spécifiquement pour les animaux, chimioembolisation, vaccins thérapeutiques, ablation par micro-ondes, radiothérapie stéréotaxique, phénotypage moléculaire et génétique pour prédire la réponse au traitement, etc. Autant de techniques de pointe qui traduisent la progression de la cancérologie vétérinaire, certaines étant déjà disponibles, d’autres promises à une arrivée prochaine. La discipline évolue en même temps que se spécialisent les vétérinaires. La création récente du groupe de travail consacré à l’oncologie de la World Small Animal Veterinary Association témoigne de cette dynamique, et aussi du besoin de standards dans ce domaine, en plein essor, dont la structuration va grandissant. « L’oncologie vétérinaire est une science documentée pour laquelle les traitements peuvent être personnalisés et optimisés en fonction de la nature et du grade tumoral, mais aussi, et surtout, des objectifs des propriétaires. Pour chaque cas, ce sont souvent de multiples options qui sont envisagées et discutées avec eux. Ainsi, par définition, les textbooks présentent des données anciennes et il est important, dans cette discipline en plein développement, de faire preuve de créativité et de beaucoup d’humilité, d’être en contact avec de nombreux experts et d’échanger en permanence sur nos succès et nos échecs, car notre expérience se fait au jour le jour », témoigne Jérôme Benoit, président de l’European Society of Veterinary Oncology. Si la question du coût de ces prouesses médicales peut se poser, la cancérologie vétérinaire semble promise à de belles avancées diagnostiques et thérapeutiques, renforcées par les apports de la médecine humaine, aux progrès de laquelle elle contribue également.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr