Un premier cas français de grippe humaine à virus influenza porcin - La Semaine Vétérinaire n° 1913 du 24/09/2021
La Semaine Vétérinaire n° 1913 du 24/09/2021

Santé publique

ANALYSE MIXTE

Auteur(s) : Par Tanit Halfon

Début septembre, un premier cas de grippe humaine à virus influenza porcin a été signalé en Bretagne.  Le virus en cause est proche du H1avN2, un sous-type viral en forte augmentation sur le territoire national.

Pour la première fois, la France a détecté une infection humaine à virus influenza A d’origine porcine. La confirmation a été faite le 3 septembre par le centre national de référence des virus des infections respiratoires à l’Institut Pasteur. Le patient touché habite les Côtes-d’Armor, en Bretagne. Atteint de comorbidités, il avait du être hospitalisé mais va bien désormais. Les autorités sanitaires ont confirmé qu’il avait été en contact avec des porcs d’élevage dans la semaine précédant l’apparition des symptômes. Toutefois, au moment de la rédaction de l’article, l’Agence régionale de santé de Bretagne a indiqué qu’aucun lien entre cette exposition et l’infection ne pouvait être conclu.

Un lignage émergent en France

Le virus en cause est génétiquement proche du H1avN2 génotype #E (clade 1C.2.4). Ce sous-type viral était détecté de manière sporadique dans les élevages porcins, avant d’augmenter fortement en 2020 : selon les données du Réseau national de surveillance des virus influenza chez le porc (Résavip) 1, il représentait presque deux tiers des virus identifiés en 2020, contre 7 % en 2019. En parallèle, le H1avN1, jusqu’alors majoritaire a nettement diminué : 27,4 % en 2020 vs 75 % en 2019. Le génotype2 #E avait été détecté pour la première fois en 2015 dans le Sud-Ouest, ainsi que de très rares cas dans d’autres régions, sans l’être par la suite entre 2016 et 2019. Début 2020, il était réapparu en Bretagne. Entre février et mi-novembre 2020, il avait été détecté tous les mois, dans 9 départements du Nord-Ouest, et en décembre 2020, dans un département du Sud-Ouest. Chez le porc, le H1avN2 #E a été responsable de nombreux cas de syndromes grippaux d’intensité élevée, en lien possiblement avec une absence de protection vaccinale.

Ce virus est issu d’un lignage H1avN2 originaire du Danemark, un pays où il est désormais enzootique (émergence en 2003). Il a été détecté dans d’autres pays européens : Italie, Allemagne, Espagne. 

Un potentiel zoonotique

Tous les virus influenza A porcins ont un potentiel zoonotique. Comme indiqué par Santé Publique France, des cas de transmission humaine de virus influenza porcin sont rapportés dans le monde, mais sporadiquement. Depuis janvier 2021, il y en a eu une dizaine aux États-Unis, au Canada, en Australie, à Taïwan, au Danemark et en Allemagne (H3N2, H1N1). L’infection est généralement bénigne, et les cas graves sont rares. De plus, il n’a plus été détecté de chaînes de transmission interhumaine soutenue depuis la pandémie de 2009. Pour le cas breton, l’enquête a montré pour l’instant qu’aucune personne de l’entourage proche du patient ne présentait de symptômes, pouvant laisser supposer un phénomène isolé. Les investigations sont évidemment en cours pour mieux caractériser le virus, sa virulence et surtout sa capacité d’adaptation à l’humain.

  • 1. Données issues du Réseau national de surveillance des virus influenza porcins (Résavip), Ceva Santé animale, Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), autres.
  • 2. Un autre génotype #F avait été détecté fin 2018. En 2019-2020, les détections ont été ponctuelles. En 2020, il a été détecté une fois dans le Nord.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr