La Semaine Vétérinaire n° 1910 du 03/09/2021

Dermatologie

FORMATION CANINE

Gwenaël Outters

CONFÉRENCIER

ARNAUD MULLER, Dipl. ECVD (European College of Veterinary Dermatology), spécialiste en dermatologie vétérinaire, praticien à Lomme (Nord).

Article rédigé d’après une conférence présentée lors du e-congrès de l’Association française des vétérinaires pour animaux de compagnie (Afvac) en décembre 2020.

Les pièges thérapeutiques lors de gestion du prurit sont nombreux et de nature variée, liés à une erreur diagnostique, à la molécule, la posologie, au manque de soins locaux ou au suivi du traitement.L'implication des molécules- CorticothérapieAllergie et corticosensibilité ne riment pas nécessairement : certaines dermatoses non allergiques sont corticosensibles, avec une amélioration clinique temporaire mais une « rechute » systématique (gale ou pyodermite). À l’inverse, une dermatose allergique surinfectée ne répond pas à l’utilisation exclusive de corticoïdes : leur utilisation lors d’infection cutanée doit être proscrite.- ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr