La Semaine Vétérinaire n° 1905 du 25/06/2021

BIEN-ÊTRE ANIMAL

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

JULIE BARAGLIOLI*, FLORENCE BEAUGRAND**

À l’issue du premier confinement, une enquête a été menée en ligne dans le cadre d’une thèse Oniris auprès de propriétaires de chiens. Résultat : jusqu’à 33 % de ceux dont le chien présentait un comportement indésirable avant le début de la crise sanitaire ont signalé une augmentation de celui-ci durant le confinement.

L’augmentation de l’activité vétérinaire en 2020 - 6,4 % de hausse du chiffre d’affaires d’après l’Insee - a montré que, dès le premier confinement, les relations entre propriétaires et animaux ont évolué, possiblement en lien avec l’augmentation de la présence des propriétaires. Alors que propriétaires et chiens ont été, plus que jamais, obligés de cohabiter, une thèse1 s’intéresse aux changements de comportement rapportés par les propriétaires et, entre autres, ceux considérés comme indésirables. Ces derniers pouvant évoquer un mal-être ou un trouble du ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr