La Semaine Vétérinaire n° 1903 du 11/06/2021

EXPRESSION

LA QUESTION EN DÉBAT

JACQUES NADEL

Dans un environnement économique exigeant où la visibilité est faible (crise sanitaire, menace de la grippe aviaire), le vétérinaire doit avoir l’œil rivé sur ses indicateurs de gestion et l’évolution de sa trésorerie. Est-ce vraiment le cas ?

RESTER VIGILANT LAURENT JAMIN (A 79) Groupe Anibio à Arzacq-Arraziguet (Pyrénées-Atlantiques)La gestion financière est globalisée au niveau de notre groupe. Depuis 2002, j’en assume l’animation et gère sa trésorerie avec trois partenaires bancaires. En 2016, j’ai cessé mon activité libérale pour bloquer mon diplôme en tant que vétérinaire responsable pharmaceutique et président du grossiste répartiteur Alibon. Même si l’activité est stable, équilibrer sa trésorerie reste un exercice difficile. Avec les filières de production, les délais de paiement sont supérieurs à ceux de ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK