Voyage au bout de l’enfer - La Semaine Vétérinaire n° 1901 du 28/05/2021
La Semaine Vétérinaire n° 1901 du 28/05/2021

LIVRE

COMMUNAUTÉ VÉTÉRINAIRE

Auteur(s) : M. B.

L’écrivain et journaliste Franz-Olivier Giesbert poursuit1 sa critique de l’élevage industriel, en recourant ici à la fiction de manière… radicale. L’idée choc est de tenter de rendre plus palpable l’aliénation imposée à un porc à l’engraissement en l’infligeant à un de nos semblables. Tandis que le détail de la description - de la castration à vif à la saignée, en passant par les gavages successifs - suscite la nausée, le récit lorgne du côté de la farce satirique tant le personnage principal consent à son avilissement physique et psychique. Double fictif de l’auteur, le personnage du narrateur, vieil écrivain, défenseur de la cause animale, se persuade que la médiatisation de sa transformation bouchère éveillera les consciences. Il se soumet d’autant mieux à son martyr qu’il est aveuglément amoureux de son bourreau, une militante végane qui interprète son rôle d’éleveuse avec une cruauté perverse. L’avenir dira si le sadomasochisme qui infuse le roman nous a mieux sensibilisés au sort des porcs charcutiers.

1. Après Manifeste pour les animaux, voir La Semaine Vétérinaire n° 1606 du 21 novembre 2014, page 49, et L’animal est une personne, pour nos sœurs et frères les bêtes, n° 1651 du 20 novembre 2015, page 52.

Rien qu’une bête de Franz-Olivier Giesbert, éditions Albin Michel, 15 x 22 cm, 368 pages, 19,90 €, ebook 13,99 €.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr