LA RÉANIMATION DU POULAIN NOUVEAU-NÉ - La Semaine Vétérinaire n° 1899 du 14/05/2021
La Semaine Vétérinaire n° 1899 du 14/05/2021

NÉONATALOGIE

PRATIQUE MIXTE

FORMATION

Auteur(s) : MARION BOIDOT

CONFÉRENCIÈRE

FLORENCE POLLE, clinique vétérinaire équine du Méheudin, Orne

Article rédigé d’après la conférence, Néonatalogie appliquée… à l’écurie aussi !, présentée aux e-Journées annuelles de l’Association vétérinaire équine française (Avef) le 25 mars dernier.

La gestion des affections du poulain nouveau-né sur le terrain représente un défidiagnostique et logistique, souvent associé à une pression financière selon la valeur estimée de l’animal.

Intervenir avant la naissance

Dans la prise en charge du poulain nouveau-né, le rôle du vétérinaire de terrain commence dès la gestation. Ainsi, la détection précoce des situations à risque est indispensable, notamment afin de prendre en charge les différentes affections pouvant conduire à une prématurité, une dysmaturité ou à une infection du poulain in utero, qui sont les affections néonatales ayant le pire taux de survie et le pire pronostic sportif.

Face à toute suspicion de gestation pathologique, une échographie transrectale peut être réalisée à partir du 7e mois afin de mesurer l’épaisseur combinée de l’utérus et du placenta (Ecup). Toute mesure supérieure à 7 mm (> 10 mm dans le dernier mois) doit faire suspecter une placentite ascendante et un traitement devra être mis en place jusqu’à la mise bas (antibiothérapie large spectre, AINS, altrenogest).

La précocité de la prise en charge a été corrélée avec une augmentation de la durée de gestation et du taux de survie des poulains.

Agir sur la mortalité périnatale

La réduction de la mortalité périnatale passe par une gestion rapide des dystocies, qui surviennent dans environ 10 % des mises bas. L’éducation des éleveurs est primordiale afin de permettre une prise en charge immédiate de ces mises bas compliquées. Il est également indispensable de les former à la prise en charge des poulains dits « coiffés » (red bag, 1,5 % des mises bas), l’ouverture du placenta aux ciseaux devant intervenir très rapidement pour éviter l’anoxie du poulain.

La réanimation du poulain doit survenir immédiatement. Il est donc recommandé de constituer une caisse spécifiquement dédiée aux poulinages et à la réanimation néonatale, permettant d’avoir l’intégralité du matériel et des injectables à proximité immédiate du nouveau-né (voir tableau).

Les grandes étapes de la réanimation A-B-C

Airway : il faut dégager les voies respiratoires du poulain et le sécher vigoureusement pendant 20 secondes.

Breathing : en l’absence de mouvements respiratoires après 20 secondes de stimulation, il est nécessaire d’intuber et de ventiler à raison de 10 à 20 mouvements par minute.

Circulation :

- Après 60 secondes de ventilation, si la fréquence cardiaque reste inférieure à 40 bpm, des compressions thoraciques doivent être réalisées à raison de 90 à 120 compressions par minute ;

- Après 2 minutes de compression sans amélioration de la fréquence cardiaque, des injections intraveineuses de 0,5 à 1 ml d’adrénaline doivent être réalisées, toutes les 3 à 5 minutes.

Après 15 minutes de réanimation sans résultats, il est illusoire de continuer.

LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DU VÉTÉRINAIRE ET DE L’ÉLEVEUR

Dans le but de démarrer la réanimation le plus rapidement possible, l’application gratuite Foal CPR (iOs), développée par des vétérinaires, donne des indications sonores et visuelles permettant de réaliser, avec des gestes corrects et un rythme adapté, les ventilations et les compressions thoraciques. En anglais uniquement.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr