SUSPICION D’INFECTION OU D’ANÉMIE : L’INTÉRÊT DU BILAN SANGUIN - La Semaine Vétérinaire n° 1896 du 23/04/2021
La Semaine Vétérinaire n° 1896 du 23/04/2021

ANALYSES

PRATIQUE MIXTE

FORMATION

Auteur(s) : MARION BOIDOT

CONFÉRENCIÈRE

VALÉRIE PICANDET, vétérinaire spécialisée en médecine interne au centre hospitalier vétérinaire équin (CHV) de Livet, à Saint-Michel-de-Livet (Calvados).

Article rédigé d’après une conférence sur l’interprétation du bilan sanguin chez le cheval présentée lors du webinaire de l’Association vétérinaire équine française (Avef) en décembre 2020.

Outil indispensable face à des signes cliniques souvent non spécifiques ou dans le suivi des traitements, l’interprétation du bilan sanguin peut être une étape délicate si elle n’est pas encadrée. Il doit être un examen complémentaire à l’examen clinique.

Comment diagnostiquer une infection ?

Lors de suspicion d’infection, l’attention se porte sur : la numération formule sanguine (NFS), en considérant les valeurs absolues des différentes populations de leucocytes ; la lecture du frottis sanguin permettant d’évaluer la morphologie des cellules ; et les dosages des taux de protéines de l’inflammation.

La lecture de la NFS permet de distinguer les différentes populations de leucocytes : granulocytes neutrophiles, population la plus intéressante dans ce cadre ; monocytes, qui augmentent lors de stimulation chronique et peuvent être un indicateur quand la chronicité est telle que le nombre de neutrophiles est revenu dans les valeurs usuelles ; lymphocytes, moins intéressants car non spécifiques.

Neutropénie

Trois grands mécanismes peuvent être à l’origine de la neutropénie. L’évaluation de la morphologie des cellules par la lecture du frottis sanguin est alors indispensable afin de déterminer le caractère régénératif du phénomène et son ampleur.

- Consommation ou séquestration des globules blancs : lors d’infection d’une grande cavité (péritonite, pleurésie) ou d’une inflammation aiguë à suraiguë (septicémie du poulain par exemple), le frottis sanguin met en évidence des neutrophiles immatures, témoignant du caractère très régénératif du processus.

- Margination : le cas le plus fréquent est celui de l’endotoxémie. La lecture du frottis révèle alors un nombre très important de neutrophiles toxiques.

- Défaut de production : lors d’une affection de la moelle osseuse ou chez un poulain prématuré. Dans ce dernier cas, le frottis sanguin est l’outil permettant de différencier le poulain septicémique du poulain prématuré.

Neutrophilie

La neutrophilie témoigne d’une inflammation subaiguë à chronique : infection bactérienne, cyathostomose larvaire, neutrophilie rebond après une endotoxémie. Elle peut disparaître en phase chronique, auquel cas d’autres indicateurs (monocytes, protéines de l’inflammation) doivent être étudiés.

Taux de protéines

Les protéines de l’inflammation sont des marqueurs intéressants pour nuancer l’interprétation de la NFS et du frottis. Le dosage de la sérum amyloïde A protéine (SAA) permet de déterminer le statut inflammatoire de façon rapide et précise, mais le coût de l’analyse rend son utilisation difficile dans le cadre d’un suivi de traitement ; le dosage de fibrinogène peut donc être utilisé pour le suivi d’affections longues (voir tableau).

Comment interpréter une anémie ?

L’anémie est une baisse de capacité du sang à transporter l’oxygène, elle concerne donc l’hématocrite, le nombre de globules rouges et le taux d’hémoglobine.

Avant d’interpréter les résultats, il convient de garder en mémoire qu’il existe des variations physiologiques liées à : l’âge (poulains 4 mois < nouveau-nés < adultes) ; la race (ânes < poneys < chevaux de sport < trotteurs < galopeurs) ; l’exercice (contraction splénique responsable d’une forte augmentation de l’hématocrite et du nombre de globules rouges).

Face à une anémie caractérisée, plusieurs questions se posent. L’anémie est-elle régénérative ? Le volume globulaire moyen (VGM) augmente quand l’anémie est régénérative. Quant à l’indice de réticulation (IDR, indice de distribution des globules rouges), il augmente avec l’anisocytose, c’est-à-dire quand il existe des globules rouges de tailles différentes au sein de la même population, ce qui est caractéristique d’un phénomène régénératif. Quelles sont les causes probables de l’anémie ? Leur détermination fait intervenir les résultats de la biochimie totale.

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr