La Semaine Vétérinaire n° 1896 du 23/04/2021

DOSSIER

LORENZA RICHARD

LA PROPOSITION DE LOI VISANT À RENFORCER LA LUTTE CONTRE LA MALTRAITANCE ANIMALE APPORTE PAR SON ARTICLE 3 NOTAMMENT DES MODIFICATIONS CONCERNANT LE FONCTIONNEMENT DES FOURRIÈRES, EN ALLANT DANS LE SENS D’UN MEILLEUR RESPECT DU BIEN-ÊTRE DES ANIMAUX. SI LA LOI EST VOTÉE AU SÉNAT, COMMENT LES RÉALITÉS DU TERRAIN ÉVOLUERONT-ELLES POUR LES COMMUNES ET LES VÉTÉRINAIRES ?

Les vétérinaires font parfois office de fourrière, car les communes ne disposent pas de locaux permettant d’accueillir les animaux errants », observe Loïc Dombreval, vétérinaire député des Alpes-Maritimes. C’est pourquoi, notamment, sa proposition de loi visant à renforcer la lutte contre la maltraitance animale, adoptée le 29 janvier dernier par l’Assemblée nationale et en attente d’être votée par le Sénat, prévoit que « chaque commune ou chaque établissement public de coopération intercommunale à fiscalité propre doit disposer d’une fourrière ou d’un refuge, apte ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK