RÉSIDUS CHIMIQUES ET SUBSTANCES PROHIBÉES : LES DONNÉES 2019 PUBLIÉES - La Semaine Vétérinaire n° 1894 du 09/04/2021
La Semaine Vétérinaire n° 1894 du 09/04/2021

EFSA

PHARMACIE

Auteur(s) : MICHAELLA IGOHO-MORADEL

En 2019, 0,32 % d’échantillons d’animaux abattus et de produits animaux contenaient des résidus de médicaments vétérinaires et des substances prohibées. Un taux stable sur les dix dernières années.

Les taux de non-conformité restent faibles », retient l’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) dans son dernier rapport, publié le 24 mars, sur la surveillance des résidus de médicaments vétérinaires et d’autres substances chez les animaux vivants et dans les produits d’origine animale (bovins, porcs, moutons et chèvres, chevaux, volailles, lapins, gibier d’élevage, gibier, aquaculture et lait, œufs et miel). En 2019, 0,32 % des échantillons sur les 671 642 contrôlés dans les États membres, en Islande et en Norvège ne sont pas conformes. Au total, 56 % des échantillons ont été analysés pour des substances ayant un effet anabolisant et substances non autorisées et 66 % pour les médicaments vétérinaires (antibactériens et autres médicaments vétérinaires) et les contaminants.

AINS, anthelminthiques et anticoccidiens

Concernant les antibactériens – cette catégorie comprend les antibiotiques, par exemple les bêta-lactamines, les tétracyclines, les macrolides, aminosides mais aussi les sulfamides et les quinolones –, les données de l’Efsa révèlent que 0,14 % des échantillons analysés étaient non conformes. La fréquence la plus élevée de non-conformité a été observée dans le miel (0,98 %). Pour les autres médicaments vétérinaires – anthelminthiques, anticoccidiens ou encore anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) –, 0,1 % des échantillons prélevés n’étaient pas conformes. Pour les AINS, ces non-conformités ont été signalées chez des bovins (0,27 %), des volailles (0,09 %), des chevaux (0,63 %), des porcs (0,04 %), des ovins et caprins (0,05 %) et le lait (0,36 %). Pour les anthelminthiques, des échantillons non conformes ont été détectés chez des bovins (0,05 %), les volailles (0,02 %), des ovins et caprins (0,48 %), des porcins (0,09 %), des chevaux (0,8 %) et le lait (0,08 %). Pour les anticoccidiens, des prélèvements non conformes ont été relevés chez les porcs (0,04 %), la volaille (0,03 %), les moutons et les chèvres (0,09 %) et les œufs (0,21 %). Aucun échantillon non conforme n’a été signalé pour les pyréthrinoïdes.

Peu de substances interdites

Pour les « autres substances pharmacologiquement actives », des échantillons non conformes ont été observés pour les bovins (0,11 %), les lapins (1,14 %), les volailles (0,03 %) et les porcs (0,02 %) : 18 résultats non conformes ont été signalés dans 7 pays pour les corticoïdes et les substances identifiées étaient la dexaméthasone et encore la prednisone. Par ailleurs, en 2019, aucun échantillon non conforme n’a été signalé pour les stilbènes. Pour les agents antithyroïdiens, seul 0,58 % de prélèvements non conformes a été relevé : tous contenaient du thiouracile « peut-être en raison de l’alimentation et des régimes riches en plantes crucifères ». Concernant les stéroïdes, les échantillons non conformes ont été détectés chez les bovins (0,51 %), les porcs (0,45 %), les volailles (0,18 %) et les ovins et caprins (5,23 %). Dans le groupe des lactones d’acide résorcylique, 0,11 % des échantillons était non conforme pour la zéaralénone et ses dérivés, en particulier chez des bovins (0,13 %), des porcs (0,09 %) des ovins et des caprins (0,25 %) et des chevaux (2,26 %). Des substances interdites ont aussi été trouvées dans 0,01 % des échantillons : le chloramphénicol, les nitroïmidazoles et les nitrofuranes.

EN RÉSUMÉ

« Par rapport aux deux années précédentes, l’Efsa note que le taux de non-conformité a légèrement augmenté pour les agents antithyroïdiens et les stéroïdes et a légèrement diminué pour les lactones d’acide résorcylique, les substances interdites, les antibactériens, les anticoccidiens et les colorants. Pour les éléments chimiques (y compris les métaux), le taux de nonconformité s’est révélé plus élevé qu’en 2018, mais inférieur à celui de 2017. »

Source : Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa, European Food Safety Authority).

Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr