La Semaine Vétérinaire n° 1893 du 02/04/2021

RECHERCHE

PRATIQUE CANINE FÉLINE NAC

TANIT HALFON

Une équipe de recherche de l’institut de génétique et développement de Rennes a montré qu’il était possible de détecter de l’ADN tumoral circulant pour trois types de tumeurs canines. Des avancées qui ouvrent la voie à de nouveaux outils non invasifs de suivi thérapeutique des chiens atteints de cancer.

En cancérologie, humaine et vétérinaire, il est possible de détecter des marqueurs tumoraux dans des liquides biologiques comme le sang, les urines ou la salive. C’est ce qu’on appelle la biopsie liquide. Parmi les biomarqueurs rapportés, l’ADN tumoral circulant (ADNtc) est au centre des recherches menées par l’équipe « génétique du chien » de l’institut de génétique et développement de Rennes (IGDR). À l’état physiologique, les cellules libèrent de l’ADN (dit libre) par différentes voies (apoptose, nécrose, sécrétion). Ce phénomène est aussi ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr

En poursuivant votre navigation, vous acceptez les CGU ainsi que l'utilisation des cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
En savoir plus

OK