La Semaine Vétérinaire n° 1891 du 19/03/2021

DOSSIER

TANIT HALFON

ENTRE L’OUVERTURE DE L’ENSEIGNEMENT VÉTÉRINAIRE AU PRIVÉ ET LE PROJET D’UNE NOUVELLE ÉCOLE PUBLIQUE À LIMOGES, L’ENJEU EST DE RÉPONDRE AUX BESOINS DE LA PROFESSION. LES ÉCOLES NATIONALES VÉTÉRINAIRES NE SUFFISENT-ELLES DONC PAS ? L’OUVERTURE D’UNE CINQUIÈME ÉCOLE EST-ELLE UN PASSAGE OBLIGÉ ? LA RÉPONSE EST COMPLEXE ET MÉRITE QUELQUES EXPLICATIONS.

Faut-il créer une cinquième école vétérinaire ? Oui, pour les parlementaires qui ont permis l’ouverture, sous conditions, de l’enseignement vétérinaire au privé, via la loi de programmation de la recherche. Oui aussi pour un autre élu, Alain Rousset, président de la région Nouvelle-Aquitaine, qui propose, lui, d’ouvrir une cinquième école vétérinaire publique à Limoges, et, avant cela, de mettre en place rapidement une cinquième année d’approfondissement (voir encadré page 38). Parmi les arguments invoqués pour élargir l’offre de formation, quatre ressortent : ...

Ce contenu est réservé aux abonnés
de La Semaine Vétérinaire
Déjà abonné ?
Identifiez-vous

Pas encore abonné ?
Profitez vite de nos offres
La Semaine Vétérinaire
La Semaine Vétérinaire, le journal de tous, la référence de chacun. L'actualité complète de la profession vétérinaire.
Abonné à La Semaine Vétérinaire, retrouvez
votre revue dans l'application Le Point Vétérinaire.fr